Récemment, j’ai écrit un petit quelque chose à propos de l’évènement Zone Homa et sa belle mascotte géante, la licorne illuminée, et j’avais indiqué que j’irais bientôt voir quelques représentations. Voici donc un compte rendu de ma première expérience au festival Zone Homa avec la lecture intitulée Le Trou.

Laisser place à l’imagination

Mardi dernier, je me suis rendue à la Maison de la Culture Maisonneuve pour assister à cette pièce mettant en scène les interprètes Édith Arvisais, Joseph Bellerose, Yannick Chapdelaine, Isabelle Guérard et Mariane Lamarre. J’ai vraiment apprécié! Et d’y être allée, ça m’a fait prendre conscience que je ne vais pas voir de pièces de théâtre assez souvent. En passant, c’est très coloré; très amusant là-bas. (Même les toilettes sont charmantes grâce aux p’tits paniers de feuillage sur le comptoir du miroir. Haha.)

C’est dans une salle très petite et intime que s’est déroulée la lecture. La mise en lecture a été dirigée par l’auteure Eugénie Beaudry, qui est venue s’adresser à nous au début pour nous remercier et nous introduire à la pièce. Bien sympathique.

J’ai trouvé l’actrice Édith Arvisais excellente dans son rôle. Elle interprétait le personnage de Sarah-Lee, jeune femme volontairement enfermée depuis quinze ans dans sa maison, dans un village perdu où une usine vient tout juste de fermer. Elle a fait rire le public à plusieurs reprises. Je pense que c’est mon artiste coup de cœur de la pièce : elle s’est vraiment démarquée. On y croyait à sa phobie du monde extérieur, à sa peur d’avoir à émerger, à son obsession pour ce trou qu’elle creuse dans son salon…

Ce que j’ai aimé de ce type de présentation théâtrale, c’est que ça laissait place à l’ imagination. Dans une lecture comme celle-là, où les personnages sont alignés devant leurs lutrins, on peut être porté à croire que ça peut devenir ennuyant rapidement vu le peu d’action sur scène. Mais au contraire! Les artistes sont si convaincants qu’ils réussissent à nous transmettre l’émotion des personnages; ils nous captivent du début à la fin.

À vous maintenant d’aller jeter un coup d’œil à la programmation de l’évènement Zone Homa ici et de vous rendre à la Maison de la Culture Maisonneuve avant le 24 août afin de laisser aller votre imagination, comme je l’ai fait!

– Geneviève L’Heureux