Dix ans déjà que ZH Festival met de l’avant la relève artistique? Certainement. ZH Festival, feu Zone Homa, devient grand et c’est beau à voir. C’est dans une ambiance festive que la programmation de la 10e édition a été lancée à la Maison de la culture Maisonneuve, entre discours improvisés, rires francs et buffet de la tante Francine.

Après un cocktail bien sympathique au soleil, la directrice générale et artistique Mellissa Larivière est montée sur scène détendue et souriante. « C’est le lancement, yé! Avant de vous présenter notre programmation de cette année, on vous offre un petit moment nostalgie. » C’est le cas de le dire. Le public a eu droit à une vidéo touchante montrant les premiers balbutiements du festival, le tout enrobé de mots de félicitations pour son dixième anniversaire de multiples artistes qui sont passés par là, entre Philippe Brach, Alexa-Jeanne Dubé et Antoine Corriveau. Belle idée, qui a rappelé à quel point le ZH Festival a une importance capitale dans l’écologie artistique.

Tour d’horizon de la programmation 

C’est bien beau tout ça, mais qu’est-ce qui nous attend pour la 10e édition? C’est Umanishish de Xavier Huard, Soleil Launière et Donzalo Soldi qui ouvrira le bal le 17 juillet à 20h en explorant plusieurs archétypes universels.

Ce qu’on remarque particulièrement dans cette programmation riche? Place aux réflexions sur le genre avec GENDERF*CKER, proposition présentée le 4 août et le 5 août à 20h, dans laquelle la performeuse Pascale Drevillon questionnera sa propre transidentité. Le spectacle Ça a l’air synthétique bonjour hi interrogera quant à lui à le 4 août 20h45 le rapport entre public et performeurs. Est-ce que les spectateurs devraient être payés pour leur participation? tertuliaNebula, sorte de fightclub numérique sur fond de jeu vidéo, semble également être un incontournable le 10 août prochain à 20h.

À travers les multiples spectacles, on aura droit à des trucs plus humoristiques comme Comment trouver l’amour au 21e siècle (selon Wikihow) de Les Compagnons Baroques le 11 août à 20h. « Si vous ne venez pas, vous ne trouverez pas l’amour », nous a averti l’idéatrice et metteure en scène Véronique Pascal dans la vidéo de présentation. On se le tient pour dit.

En plus de laisser place à la relève, ZH Festival a également à cœur de présenter des projets laboratoires d’artistes plus établis. Simon Trottier (Last Ex, Ferrishwheel et Timber Timbre) présentera dans ce cadre le 3 août prochain à 20h son nouveau projet musical expérimental, qui sera alimenté par les projections distortionnées de Joël Vaudreuil, tirées d’archives diverses. La metteure en scène Mireille Camier sera également du ZH Festival pour nous présenter Give me a revolution, qui nous fera voyager en nous présentant des artistes en direct de quatre coins du globe (Montréal, Tunis, Téhéran et Barcelone) qui reviendront sur de grands mouvements sociaux.

Encore cette année, le ZH Festival frappe fort en défrichant de nouveaux talents. Geoffrey Gaquère, directeur artistique d’Espace Libre, a bien résumé le sentiment général en montant sur scène : « Il faut encore et toujours souligner le travail de Mellissa Larivière. Merci Mellissa de faire une partie de mon travail! » Oui, merci.

Mélissa Pelletier

ZH Festival, du 17 juillet au 11 août 2018 principalement à la Maison de la culture Maisonneuve. Pour découvrir la programmation complète, c’est ici. Pour suivre les actualités et les activités culturelles de l’arrondissement MHM, rendez-vous sur le blogue Culture MHM.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :