Klô Pelgag Crédit photo: Benoit Paillé

La fête de l’amour n’est pas toujours obligée de rimer avec « quétaine ». Même si les soupers à la chandelle, les bains chauds avec des bulles ou un bouquet de fleurs sont toujours appréciés, ils ne sortent pas tellement de l’ordinaire.

Pourquoi ne pas plutôt amener l’être aimé voir des spectacles ou visiter des musées, par exemple ? Cela vous permettra ainsi de passer une agréable soirée en sa compagnie, sans vous coûter les yeux de la tête (c’est assez dispendieux un bouquet de roses qui va mourir au bout d’une semaine). Et en prime, vous contribuez à encourager notre charmante culture. N’est-ce pas merveilleux ! Voici donc quelques activités à faire avec votre conjoint(e) en ce jour de la Saint-Valentin.

 

La voix unique de Klô Pelgag

L’auteure-compositrice-interprète se produira, en compagnie de ses musiciens, au Complexe culturel Guy-Descary de Lachine, à 20h. Le spectacle, qui a lieu dans le cadre de l’événement Les entrées en scène Loto-Québec, nous transporte dans l’univers poétique et imaginatif de l’artiste. C’est un rendez-vous !

 

Une intrusion dans les origines haïtiennes

Les étrangers du dedans, présentée à la Maison culturelle et communautaire de Montréal-Nord, se veut une production audiovisuelle traçant le portrait d’une vingtaine d’écrivains d’origine haïtienne, tels que Danny Laferrière, Joël Des Rosiers et Marie-Célie Agnant, entre autres. Dévoilée dans le contexte du Mois de l’histoire des Noirs, cette œuvre francophone sera présentée jusqu’au 27 février. Il s’agit d’une entrée libre!

 

Parle-moi d’amour 

Cette exposition, qui en est à sa 16e édition, se veut un encan aux profits de l’organisme Les Impatients, qui a pour but de venir en aide aux personnes ayant des problèmes de santé mentale. L’événement, qui se déroulera jusqu’au 10 mars à la Chapelle historique du Bon-Pasteur, réunit plus de 200 œuvres mises aux enchères. Parmi les artistes qui exposent leurs créations, notons la présence de Clémence DesRochers, Michel Goulet et Mathieu Beauséjour, entre autres. Encouragez pour la bonne cause !

 

Les revers de la technologie

Le théâtre La Licorne présente Le cellulaire d’un homme mort, qui met en scène une femme prénommée Jean. Cette dernière trouve un cellulaire qui ne cesse de sonner dans un café. En interpellant le propriétaire du téléphone, elle réalise que celui-ci, Gordon, est mort. Une impulsion s’empare de la dame et elle décide de répondre aux appels afin d’apaiser la douleur de ses proches. Toutefois, elle réalise que Gordon n’était pas un gentil homme. Cette œuvre est une belle intrusion dans le monde technologique dans lequel on vit. Le cellulaire d’un homme mort est présentée jusqu’au 14 février.

 

Deux textes en une pièce

Christian Lapointe a décidé de mettre en scène L’Homme atlantique et La maladie de la mort, deux textes de l’écrivaine Marguerite Duras. Présentée du 12 au 15 février à l’Usine C, le metteur en scène entraîne son public dans sa vision des deux textes en question, qui parle d’une quête déchirante de l’amour entre les hommes et les femmes. Les acteurs Jean Alibert, Anne-Marie Cadieux et Marie-Thérèse Fortin déconstruiront à la façon de Christian Lapointe les différents récits présentés.

Allez, bonne Saint-Valentin (pas quétaine) !

– Marie-Eve Leclerc