Vous voyez cet endroit où les passionnés de lecture sont en phase de perdre leur loyer parce qu’ils sont portés sur les achats compulsifs? Et bien oui, c’est reparti pour une autre fin de semaine de tentations littéraires avec l’édition 2012 du Salon du Livre.

Petits et grands éditeurs, du Café Graffiti et Ta Mère aux géants Gallimard, Folio ou Taschen, sont une fois de plus réunis à la Place Bonnaventure pour vous présenter leurs auteurs et les oeuvres qui en découlent; pour vous offrir des moments privilégiés avec les spécialistes des sujets les plus variés, des ateliers de formation de dessin, d’écriture et même de détente!

Les nouveautés à surveiller:

Toutes mes solitudes, de (grande inspiration) Marie-Christine Lemieux-Couture chez les éditions de Ta Mère.

L’Orphéon, (cinq auteurs, cinq romans, cinq style, cinq étapes) chez VLB Éditeur.

Universel Coiffure, de Caroline Allard chez les éditions Coups de Tête.

In Vivo, de Kim Doré chez Poètes de Brousse.

Projet Zéro, de Danny Boudreau chez les Éditions Dédicaces.

Europe, 50 itinéraires de rêve, un collectif des éditions Ulysse.

Confidences de prisonniers, du Père Jean chez Novalis.

Et pour résister à l’appel des nombreux étalages, le Salon du Livre présente tables rondes, conférences et activités où vous trouverez votre compte, que vous soyez féru de politique internationale, de nouvelles technologies ou encore mycologue en herbe.

En effet, des thèmes tels que: Politique, le malaise québécois; Chick-lit: de la sous-littérature? ;

20 ans d’éditions à contre-courant, regards croisés sur l’édition engagée; Mythes et Légendes des trentenaires d’aujourd’hui; Quelle culture l’école doit-elle transmettre? ; L’exil au quotidien, regards croisés sur la situation des demandeurs d’asile et bien d’autres, seront abordés et explorés ce week-end.

Le numérique change le visage de l’édition à travers le monde et le Québec n’est pas épargné. Plusieurs options s’offrent aux principaux concernés: certains en profiteront pour crier haut et fort leur mécontentent, d’autres y verront l’occasion de créer un nouveau marché, de nouveaux partenariats et pour d’autres il n’est pas trop tard pour s’asseoir et en discuter. Ces diverses optiques mènent à des conférences sur l’avenir du livre à l’ère du numérique, à des démonstrations de liseuses de livres numériques (Les Éditions Dédicaces) ou, à l’opposé, à des concours visant à mettre de l’avant le rôle prédominant du libraire dans le processus de lecture.

Le Salon du livre sera également le moment choisi par plusieurs organisations pour offrir leurs récompenses littéraires telles : le Prix Marcel-Couture, le Prix Fleury-Mesplet, le Prix des Écrivains Francophones d’Amériques, le Prix des Libraires, le Prix Pierre-Vadeboncoeur, le Prix de la Bande de Moebius et finalement le Prix Cécile-Gagnon.

Et parce qu’après tout, c’est le week-end, plusieurs activités de détente pour les petits et les grands seront proposées tout au long des festivités. Des lectures de contes, séances de maquillage et même des cours de yoga pour enfants seront offerts dans le volet jeunesse du Salon. Les adultes, quant à eux, pourront se pourlécher les babines lors de l’atelier : Cuisinez comme un chef! ou savourer différents types de thés verts lors de la dégustation: L’heure du thé, présentée par la maison de thé Camellia Sinensis et les Éditions de l’Homme.

Vous êtes encore là?

Ah, oui! la programmation: http://www.salondulivredemontreal.com/CarnetDuVisiteur.asp

– Vickie Lemelin-Goulet