Crédit photo : Denee Petracek

C’est incontestable : le Californien et son band connaissent la formule magique pour faire lever un spectacle et faire danser/sauter/bodysurfer/trasher la foule. Au Rialto, le 3 mars, même le plus apathique des spectateurs n’aurait pu résister à Ty Segall, qui, même affublé d’un masque horrible d’homme chauve, continuait d’avoir un charisme fou!

Le rockeur a mis derrière lui l’accueil plutôt tiède qu’a reçu son dernier album, Emotional Mugger, en servant avec aplomb et énergie plusieurs chansons qui s’y retrouvent. Dès les premières notes de Squealer, il était évident que le côté brouillon de l’album et le son « sale » étaient mieux servis sur scène que dans l’enregistrement. L’introduction de Breakfast Eggs a bien fait rigoler les fans : « J’adore le petit déjeuner! Je déteste le déjeuner! J’adore le petit déjeuner! », vociférait Ty Segall, comme s’il faisait un appel à la Révolution.

Tant d’enthousiasme sur scène s’est avéré contagieux : la moitié du parterre s’est transformée en mosh pit très énergique… voire trop. Ty Segall a alors improvisé un cours 101 sur la sécurité dans les spectacles, comprenant une démonstration de bodysurfing sécuritaire. Un exercice auquel plusieurs se sont prêtés, ravis. Le reste du show, tout aussi excellent, ne pourra être détaillé puisque l’auteure de ces lignes a laissé de côté son calepin pour se lancer tête première dans la foule.

Edith Paré-Roy