Sarah Toussaint-Léveillé (crédit photo : Jerry Pigeon)

Cette semaine aux trois albums à écouter cette semaine, les femmes sont à l’honneur : une première qui récolte la mauvaise herbe pour en faire de jolis bouquets, une deuxième qui alimente à la pelle le brasier ardent de son gosier et une dernière qui vient du froid et qui va bien finir par se faire un nom par ici, jamais j’croirai, coudonc!

sarah-cover-final

Artiste : Sarah Toussaint-Léveillé
Albums : La Mort est un jardin sauvage
Étiquette : Orage

Depuis 2012 et son premier album La Mal Lunée, Sarah Toussaint-Léveillé s’est vitrinée, a concouru, s’est vue primée et a tourné, ici comme un océan plus loin, avec un matériel ensoleillé dans le fourre-tout. Maintenant sur les traces des feux Nick Drake et Lhasa de Sela, inspirée par le triste sort de l’un, le mauvais sort de l’autre et les déchirements des deux, l’artiste tisse sur son métier de chanteuse un pan de toile dense et robuste, exempt d’accrocs et de bigarrures. Autrement dit, c’est mûr et cohérent dans les thèmes (deuils et étapes de la vie) comme dans les tons (cordes pincées douces et cordes frottées lentes).

Et pas tout à fait triste pour autant la touche-à-tout. Jetez un œil sur la bio pleine d’esprit de son site Web à l’intention du « média pressé ». On y lit de l’humour fin et y découvre une auteure apte à jongler avec les mots sans se brûler le bout des nerfs de la langue. « Si je fais de la musique, c’est juste parce que. » L’explication suffit à ce média-ci qui, quoiqu’aussi pressé que les autres, prendra le temps d’inscrire Sarah à la liste des choses au goût de revenez-y de cette année. (Nicolas Roy)

•••

TRIXIE_ALBUM_cover_WEB_1400px

Artiste : Trixie Whitley
Albums : Porta Bohemica
Étiquette : scamparty3000

Batteuse de tournée pour troupes de danse à 11 ans et décrocheuse officielle pour cause de vocation artistique à 16, la vieille âme Trixie, fille du regretté guitariste Chris Whitley, a mis le pied dans la grande porte de la musique à succès en 2010 au sein de l’ensemble Black Dub, aux côtés du légendaire réalisateur et auteur-compositeur Daniel Lanois et de l’illustre batteur Brian Blades. Greffez à son entourage le proche conseiller musical Brian Eno et apposez-lui un sceau de qualité, du moins de potentiel, sans bavure possible sur le plan de la production. C’est un joli coup d’envoi!

Sur Porta Bohemica, deuxième album au compteur et train express entre l’Allemagne et la République tchèque, Trixie confirme, outre son talent, avoir retenu les leçons élémentaires de ses protecteurs. De la première lente attaque de guitare sur Faint Memory à la dernière note soutenue de piano sur The Visitor, l’album incarne la quintessence du rock aux teintes de bleu et de noir : des riffs de plomb sur une guitare qui respecte son grain original, une section rythmique garde-la-voix qui chatouille le plexus solaire et des mots simples qui se soumettent à des mélodies à retenir. On se surprend à battre vigoureusement du pied sur neuf costauds morceaux plutôt qu’un.

Et comble du bonheur, la chanteuse débarque à Montréal le 5 mars à l’Astral. Pour le détail, c’est ici. (Nicolas Roy)

•••

ane

Artiste : Ane Brun
Albums : When I’m Free
Étiquette : Balloon Ranger Recordings

Une femme forte. Lumineuse. À la voix puissante. Ainsi apparaît Ane Brun dans le vidéoclip de You Lit My Fire, excellente chanson pop jazzée à l’image de son dernier album, When I’m Free. Finies la mélancolie et la guitare acoustique tristounette! Place aux percussions vigoureuses (à la Portishead), aux paroles colorées et à la basse entraînante. Et place aux mélodies recherchées et à une plus grande maturité vocale.

C’est donc un retour en force pour la Norvégienne – hélas trop peu connue au Québec – qui en bavé au cours des dernières années : diagnostic de lupus, hospitalisation, tournée annulée et peine d’amour, comme si ce n’était pas assez… Mais après la pluie, le meilleur album de sa carrière. (Edith Paré-Roy)