«Tout inclus» à La Licorne : aller simple vers la mort? - Les Méconnus

«Tout inclus» à La Licorne : aller simple vers la mort?

Commentaires fermés sur «Tout inclus» à La Licorne : aller simple vers la mort?
«Tout inclus» à La Licorne : aller simple vers la mort?

Crédit photos: Lino Cipresso

« Quel âge avez-vous? C’est un petit jeu. Assoyez-vous dans la rangée de votre décennie! », m’a lancé François Grisé quand j’ai mis le pied dans La Licorne. « Ah ok, euh… » Donc, 32 ans. La troisième rangée en partant du fond? Alors que je commençais à ressentir l’angoisse qui accompagne toutes mes tentatives de calcul mental, mon amie dans la soixantaine m’a fait signe du premier rang. J’allais donc assister à la première de la pièce documentaire Tout inclus comme une rebelle, à travers les têtes grises. Advienne que pourra?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Soupe minestrone, pâté chinois, gâteau au chocolat. » En débarquant à 43 ans dans une résidence privée pour aînés pour comprendre la réalité de ses géniteurs, Grisé était loin de se douter que sa vie allait prendre le rythme des menus de la cafétéria. Procédé efficace pour évoquer l’ennui qui règne malheureusement trop souvent dans ces établissements, qui passera éventuellement du cocasse au grotesque. Lentement, mais sûrement, l’auteur rend avec sensibilité les diverses émotions que lui inspire son projet. Au fil des jours et des rencontres, les questions semblent se multiplier plutôt que de trouver leur réponse. Qu’est-ce qui pousse les gens à aller finir leurs jours dans une résidence?

C’est la question qui se tisse, se délie et se transforme tout au long de la proposition habile et sensible de Grisé, produite par Porte Parole et Un et un font mille en collaboration avec le collectif Nous sommes ici et en codiffusion avec La Manufacture. Dans une mise en scène très dynamique d’Alexandre Fecteau, les excellents comédiens Marie Cantin, Marie-Ginette Guay et André Lacoste prennent tour à tour les traits des personnes rencontrées entre les murs des Jardins du Patrimoine à Rouyn-Noranda.

Entre jasettes autour d’un 7UP, promenades sous le soleil d’été, malaises à la cafétéria et liens réels qui se créent, l’auteur explore les raisons du choix des résidents. Si « Je ne suis plus capable! » est la phrase qui ressort le plus, on réalise aussi au fil de l’action que beaucoup n’ont pas vu d’autres options. « Est-ce que c’est notre seul choix? », lance Grisé à quelques reprises. L’excellente interrogation restera malheureusement sans réponse. Qu’est-ce qu’on peut faire si on perd notre autonomie? Quelles sont les autres avenues pour finir ses jours loin de l’ennui des murs gris?

Si le jeu de diviser le public par âge s’est finalement avéré vain, il a tout de même résonné avec une des pertinentes réflexions de Grisé qu’il aurait été intéressant de voir aller plus loin. «Si la monoculture n’est pas efficace en agriculture, pourquoi le serait-elle pour l’humain?» Et maintenant, on fait quoi? On s’assoit dans n’importe quelle rangée?

Mélissa Pelletier

Tout inclus, jusqu’au 25 octobre à La Licorne. Pour toutes les informations, c’est ici.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus! 

  Haut de page ↑ Copyright © 2019 Les Méconnus

Connexion

Connexion en cours...

Mot de passe perdu?