Allez hop, on continue…

5 – Passing Cars – Secret Sun (réalisation d’Hervé Baillargeon)

Bel exemple d’adéquation entre l’image et la musique. Difficile après le visionnement du clip d’écouter Passing Cars sans se figurer Anne-Marie Campbell qui flotte dans une eau visqueuse, ou Simon Landry qui se confectionne un tornade de flammes avec un feu de poubelle, un ventilo et un pantalon aluminisé. Un vidéo plus poétique que sa description, croyez-moi.

4 – Two Weeks – FKA Twigs (réalisation de Nabil)

Parce que je suis un homme qui raffole des p’tits clones. Dayum Twigs!

3 – Never Catch Me – Flying Lotus feat. Kendrick Lamar (réalisation d’Hiro Murai)

Oui, deux clips de Nabil et deux clips de Murai dans le top 10. Il faut reconnaître le génie quand il nous saute aux yeux. Avec Never Catch Me, c’est la totale. Steven Ellison (alias Flying Lotus) qui bricole du novateur, Stephen Bruner (alias Thundercat) qui caresse sa basse d’une patte puissante, Kendrick Lamar qui réaffirme sa grosse pointure de rappeur, et Murai qui rassemble l’hétéroclite sonore pour en faire du digeste visuel. Des enfants qui dansent, c’est tellement mignon, non? Des kids qui mettent le feu de la semelle chez Urgel Bourgie, c’est encore plus chou, pas vrai?

2 – Chandelier – Sia (réalisation de Sia et David Askill)

Les chorégraphies pour enfants sont décidément à l’honneur cette année. Celle-ci, signée Ryan Heffington, exécutée par Maddie Ziegler, sur la musique de Sia, est à vous tirer une larme des cils comme un trait sur la bonne contenance (je suis une Madeleine, que voulez-vous!). Bref, un candidat au clip de l’année, mais aussi à la chanson de l’année. Cette voix! Comme un vilain petit canard dans le couplet qui se transfigure en cygne impérial au refrain. Évitez par ailleurs de revisiter sa Breathe Me de finale de Six Feet Under si vous êtes comme moi et avez les boyaux oculaires sensibles. Je viens de me faire prendre au jeu. Aaaaaaaahhh, snif, ouin, ouin!

1 –  Iron Sky – Paolo Nutini (réalisation de Daniel Wolfe)

Un futur dystopien où la pauvreté, la souffrance et la terreur proviennent d’une force supérieure venue d’ailleurs. On y fume, on y danse, on y boxe. Des dizaines de lieux inquiétants. Des dizaines de personnages qui mériteraient chacun leur court métrage. Des poissons, un iguane, trois chiens et un cadavre. Des maux de bloc, des explosions colorées et une chute à cheval au milieu de nulle part. Avec en guise d’interlude un discours de Chaplin. Époustouflant!

Nicolas Roy