Sagittaire mesurant 6 pieds avec ses souliers. Goûts musicaux diversifiés : de Slayer en passant par les Platters jusqu’à Renée Martel et Paul Daraîche, cet auteur préfère les huîtres malgré sa passion pour la chasse. S’il écrit, c’est parce qu’il « se sent touriste dans un monde complexe ». De qui s’agit-il ? L’auteur Fabien Cloutier dont la pièce Bonne retraite, Jocelyne est présentée jusqu’au 17 novembre à la Grande Licorne s’est prêté au jeu de Simon Boudreault, Dans le tête de… . L’improvisation est d’ailleurs présentée dans le décor de Bonne retraite, Jocelyne. Palmiers et roches trônent sur la scène alors que les comédiens Marie-Josée Bastien, Sophie Cadieux, Marie Michaud, Sébastien Rajotte et Simon Rousseau peinent à se trouver une bûche où s’asseoir. Toujours accompagné d’Éric Desranleau pour représenter l’atmosphère musical, le concept des thèmes était similaire à la première version avec Catherine Léger.

Scotstown et le chum à Chabot

La première impro démarre en force avec un extrait de la pièce Scotstown. Sébastien Rajotte a la « partition » et Simon Rousseau improvise. Ce dernier maîtrise admirablement bien le style de Fabien Cloutier, la langue et les expressions du terroir beauceron. À n’en point douter, il a fait ses devoirs de lecture puisque les œuvres à l’étude étaient Billy (Les jours de hurlement), Comment réussir un poulet et bien sûr Cranbourne, la suite de Scotstown. Donc, il connaissait bien le célèbre personnage du chum à Chabot, le genre un peu colon de la Beauce qui débarque à Montréal, avec sa vulgarité, dans un état encore second de son speed consommé la veille. Vous voyez un peu le portrait.

Quelques impros réussies

Quand on lui demande d’inventer un personnage, Fabien Cloutier crée Sarah, mère qui allaite et qui ne parle qu’au « moi, moi, moi ». La scène se déroule dans un salon de coiffure. Dans le rôle de la mère, Sophie Cadieux (toujours aussi tordante et exubérante). Dans le rôle de la coiffeuse, Marie Michaud, et dans celui du client qui débarque comme un cheveu sur la soupe pour une coupe contour d’oreilles, Simon Rousseau se fera ramasser par Cadieux. Frôlant la crise d’hystérie, Cadieux explose littéralement sur sa mastite et les cycles de sommeil de son bébé aux 72h. La plus drôle des impros.

Marie Michaud qui incarne une fermière mirant les œufs de ses poules aimées, (et non pas en liberté), est tout simplement adorable. Entremêler socialisme et poulailler, de sorte qu’on imagine assez bien ses poules arborant une crête à l’effigie de Manon Massé, c’est assez farfelu pour être du grand Cloutier !

Un petit bémol… moi qui adore entendre Marie-Josée Bastien à l’émission Plus on est de fous, plus on lit à Radio-Canada lors de la formule cabaret, j’assistais à un tout autre personnage. Interprétant tant avec fougue que calme et raffinement à la radio, elle semblait n’avoir qu’un seul registre de jeu ce soir-là : « la criss de folle » gueularde. Toutefois, je lui lève mon chapeau pour avoir leadé l’impro dramatique qui s’embourbait dans les répétitions et les chicanes, changeant de lieu et de scène. Elle passe ainsi d’une engueulade avec son conjoint à la chambre à coucher de son amant. Elle brode avec finesse la trame narrative de cette impro.

Mais l’Étoile de la soirée est…

Mais l’Étoile de la soirée est … Fabien Cloutier! L’auteur a relevé son défi d’improvisateur avec une idée digne d’un drame sentimental/absurde. Son interprétation est envoûtante, et sa proposition de personnage, abracadabrante. Mario qui doit se marier ne reconnaît plus ni son nom, ni sa mère. Lui apparaît le visage d’un étranger lorsqu’il regarde sa future épouse. À son beau-frère déboussolé (Sébastien Rajotte) qu’il confond avec le pompiste, il s’énerve, revendiquant qu’on lave le pare-brise de sa voiture. C’est loufoque et tendre à la fois. Une grande finale qui en met plein la vue, et laisse le spectateur pantois. La scène aurait pu constituer une pièce en elle-même et se poursuivre encore. Bref, quatre mots : On t’aime Fabien !!!

– Edith Malo

Dans la tête de … présenté à La Licorne. Une production de Simoniaques Théâtre et en codiffusion avec La Manufacture. Pour plus de détails, c’est ici.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus! Abonnez-vous à notre infolettre ici.

À DÉCOUVRIR AUSSI :