critique rose normandin Archives - Les Méconnus
Voir par tag

critique rose normandin

Commentaires fermés sur « Éclipse » au Quat’Sous : sortir de l’obscurité pour un instant
le 27 janvier 2020  par  meconnus2

« Éclipse » au Quat’Sous : sortir de l’obscurité pour un instant

De la beat generation, la postérité et l’imaginaire populaire ont surtout gardé les noms d’hommes tels que Burroughs, Ginsberg, Kerouac ou Cassidy, considérés comme étant les phares d’un mouvement dissident qui offrait une écriture brute,...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur « Les filles et les garçons » à La Licorne : trouver la lumière
le 19 janvier 2020  par  meconnus2

« Les filles et les garçons » à La Licorne : trouver la lumière

La Licorne continue son histoire d’amour avec Dennis Kelly à travers la loupe de Fanny Britt grâce à Les filles et les garçons, un solo porté par Marilyn Castonguay. Au menu? Le triste constat d’un...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur « Les enivrés » au Prospero : le sublime dans l’ébriété
le 25 septembre 2019  par  meconnus2

« Les enivrés » au Prospero : le sublime dans l’ébriété

Florent Siaud revient au Prospero pour présenter le texte d’Ivan Viripaev ayant connu un vif succès en 2017, Les enivrés. Pour ceux qui avaient raté la production à l’époque, on nous y expose les envolées...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur « Les petits garçons » : peines d’amitié
le 24 juillet 2019  par  meconnus2

« Les petits garçons » : peines d’amitié

Après son cycle Glorieux Printemps, Sophie Bédard nous revient enfin, toujours pour nous entretenir du laborieux passage à l’âge adulte, avec Les petits garçons. Malgré le titre, il ne faudrait cependant pas croire qu’il s’agit...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur « Scènes de la vie conjugale »: l’amour dans son extraordinaire banalité
le 17 avril 2019  par  meconnus2

« Scènes de la vie conjugale »: l’amour dans son extraordinaire banalité

Crédit photo: Yanick Macdonald Il n’est pas chose simple de s’attaquer au géant qu’est Ingmar Bergman. Ceux qui admirent son œuvre, admirent également sa forme et la dissection des sentiments humains qu’on y retrouve. Il...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur « Le clone est triste » Aux Écuries : rire malgré la pluie
le 07 février 2019  par  meconnus2

« Le clone est triste » Aux Écuries : rire malgré la pluie

Crédit photo : Josée Lecompte Fin du 21e siècle. Quelques fortunés s’ennuient dans un somptueux salon au caractère victorien. Pour essayer de se distraire, non sans rappeler Mary Shelley et ses amis alors qu’elle imaginait...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur « La nuit du 4 au 5 » au CTDA : dissection du point de rupture
le 18 décembre 2018  par  meconnus2

« La nuit du 4 au 5 » au CTDA : dissection du point de rupture

Crédit photo : Philippe Latour Après son succès de la saison dernière, le texte de Rachel Graton, La nuit du 4 au 5, nous revient pour quelques soirs au CTD’A. Première pièce de son autrice-actrice,...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur « Les beaux dimanches » : Dubé décapité
le 11 décembre 2018  par  meconnus2

« Les beaux dimanches » : Dubé décapité

Crédit photo : Maxim Paré Fortin S’attaquer à l’œuvre de Marcel Dubé aujourd’hui apporte son lot de questionnements. Bien qu’il soit un monument dans notre histoire théâtrale, est-il encore pertinent de l’incarner sur les planches aujourd’hui?...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur Fantasia 2018 – « Bodied » : les mots qui cassent
le 09 août 2018  par  meconnus2

Fantasia 2018 – « Bodied » : les mots qui cassent

Dans le corpus des films qui veulent dénoncer le racisme et ses constructions sociales, quelques-uns se démarque du lot et choquent de par la fraîcheur et la brutalité dont ils traitent du sujet. Ma jeune...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur Fantasia 2018 – « The Man Who Killed Hitler And The Bigfoot » : contemplation nostalgique
le 08 août 2018  par  meconnus2

Fantasia 2018 – « The Man Who Killed Hitler And The Bigfoot » : contemplation nostalgique

The Man Who Killed Hitler And The Bigfoot. Avec un titre pareil, on serait en droit de penser que le film de Robert Krzykowski est une comédie saugrenue et peut-être un peu psychotronique, mais c’est...

Lire la suite...

  Haut de page ↑ Copyright © 2019 Les Méconnus

Connexion

Connexion en cours...

Mot de passe perdu?