critique rose normandin Archives - Les Méconnus
Voir par tag

critique rose normandin

Commentaires fermés sur « Hereditary » : de la difficulté d’être mère
le 13 juin 2018  par  meconnus2

« Hereditary » : de la difficulté d’être mère

Avec Hereditary, Ari Aster propose une facture artistique achevée et ce, dès le premier plan. Une cabane dans un arbre, vue à travers une fenêtre, évoque d’abord la photographie. La musique de Colin Stetson (dont...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur « L’arche d’Anote » : crier dans l’oreille d’un sourd
le 11 juin 2018  par  meconnus2

« L’arche d’Anote » : crier dans l’oreille d’un sourd

C’est d’abord le calme et la grâce qui émanent de L’Arche d’Anote. Une mer d’une beauté vertigineuse.  Une modeste embarcation vogue au large d’une île luxuriante. Des enfants jouent. Une femme coupe des fruits. Un...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur « Disobedience » : le fracas du silence
le 01 juin 2018  par  meconnus2

« Disobedience » : le fracas du silence

D’emblée, Disobedience impressionne par l’éloquence de sa retenue.  Sebastian Lelio sert son propos avec sobriété pour nous servir un film beau et lent, à cheval entre le film d’amour lesbien et l’odyssée de la découverte...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur « Revenge » : faire vivre l’amazone en soi
le 14 mai 2018  par  meconnus2

« Revenge » : faire vivre l’amazone en soi

Women always have to put up a fucking fight! » En regardant Revenge, il se pourrait que ce soit le film de Wes Craven, The Last House on the Left (1972), qui vous revienne en tête....

Lire la suite...

Commentaires fermés sur « Doktor Glas » à la Place des Arts : beauté sombre
le 30 avril 2018  par  meconnus2

« Doktor Glas » à la Place des Arts : beauté sombre

«Nous voulons tous être aimés. Sinon, être admirés. Sinon, être craints, sinon, être haïs et méprisés. Nous voulons éveiller une émotion chez autrui quelle qu’elle soit. L’âme frissonne devant le vide et recherche le contact...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur « Une vie violente » : ordinaire pernicieux
le 24 avril 2018  par  meconnus2

« Une vie violente » : ordinaire pernicieux

Si Une vie violente se passe dans la Corse des années quatre-vingt-dix, alors qu’elle essaie pour la énième fois de revendiquer son indépendance, le film trouve une résonance particulière à la lumière de la radicalisation...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur « La promesse de l’aube » : joli divertissement ou impardonnable trahison?
le 24 avril 2018  par  meconnus2

« La promesse de l’aube » : joli divertissement ou impardonnable trahison?

vec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais. » Soyons clair, il ne faut pas avoir lu La promesse de l’aube de Romain Gary pour apprécier cette nouvelle...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur « Déterrer les os » : le choc des propositions
le 23 avril 2018  par  meconnus2

« Déterrer les os » : le choc des propositions

Crédit photo : Sylvie-Ann Paré À sa parution en 2016, le livre de Fanie Demeule a été un véritable coup de poing. Bien plus qu’un roman sur l’anorexie, il nous raconte le point de rupture...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur « Local B-1717 » : art panique
le 09 avril 2018  par  meconnus2

« Local B-1717 » : art panique

Le nouveau spectacle in situ du Théâtre à corps perdus commence bien avant l’arrivée de la comédienne principale sur « scène ». On peut dire que le ton est donné dès qu’on marche sur la...

Lire la suite...

Commentaires fermés sur « Le songe d’une nuit d’été » au Théâtre Denise-Pelletier : strass et paillettes
le 29 mars 2018  par  meconnus2

« Le songe d’une nuit d’été » au Théâtre Denise-Pelletier : strass et paillettes

Crédit photo : Gunther Gamper Lorsque le rideau se lève sur Le songe d’une nuit d’été de Frédéric Bélanger et Steve Gagnon, c’est d’abord le travail de Francis Farley-Lemieux et Julie Basse qui émerveille. L’enseigne...

Lire la suite...

  Haut de page ↑ Copyright © 2016 Les Méconnus

Connexion

Connexion en cours...

Mot de passe perdu?