Le 15 mai dernier avait lieu, à la librairie Zone Libre sur Ste-Catherine, une table ronde en compagnie de trois dramaturges invités : Jean-Denis Beaudoin, Guillaume Lapierre-Desnoyers et Kevin McCoy. Daniel Racine, critique de cinéma à CIBL, animait la discussion tandis que Chantal Poirier, directrice littéraire de la collection « L’instant scène » aux Éditions de L’instant même, présidait la période de questions/réponses.

Quelques présentations

Jean-Denis Beaudoin est acteur, auteur et fondateur de la compagnie La Bête noire. Sa pièce a gagné la Bourse du meilleur spectacle de la relève 2015 accordée par Première Ovation. La pièce a été publiée par l’Instant même, dans le cadre de la reprise du spectacle au Théâtre d’Aujourd’hui. Mes enfants n’ont pas peur du noir a reçu trois nominations aux Prix d’excellence des arts et de la culture de la Ville de Québec 2015 (meilleure mise en scène, meilleur acteur dans un rôle principal), mais c’est pour la meilleure scénographie qu’elle s’est vue décerner un prix.

Guillaume Lapierre-Desnoyers est comédien, auteur et metteur en scène. Sa pièce Invisibles s’est méritée une mention spéciale dans le cadre de la remise du prix Gratien-Gélinas. a été mise en scène par Édith Patenaude au Théâtre La Licorne en février et mars 2018.

Kevin McCoy est auteur, metteur en scène, comédien, directeur artistique et fondateur du Théâtre Humain. Sa pièce est une autofiction inspirée de l’histoire d’immigration de sa grand-mère, Herbjørg. En mars 2015, la première mondiale a eu lieu dans la Salle Octave-Crémazie du Grand Théâtre de Québec. La production a été un coup de cœur de la saison 2014-2015 et Kevin McCoy s’est vu décerner le Prix des abonnés du Trident pour sa performance.

Le jeu comme porte d’entrée dans l’écriture dramatique

Le jeu les a séduits bien avant l’écriture dramatique. Kevin relate un spectacle improvisé intitulé The Prom, alors que Jean-Denis se remémore une rencontre prometteuse avec un conseiller en orientation au secondaire. Les trois auteurs ont d’abord complété des études en interprétation avant de se découvrir une passion pour l’écriture. Un moyen parfois détourné de s’octroyer un rôle dans un milieu artistique précaire.

Parmi les thèmes abordés, il fut question des motivations intrinsèques des auteurs dans le processus de création, de temporalité, d’oralité et de l’incarnation du texte sur scène. Quoiqu’il en soit, le texte dramatique semble loin d’être un objet figé et soumis à une méthode rédactionnelle stricte. Pour Guillaume, par exemple, ses ébauches de textes naviguent entre diverses formes. S’agit-il de prose, d’une nouvelle ou d’un roman avec beaucoup de dialogues ? L’auteur évite de penser à la finalité de ses écrits lorsqu’il crée. Il imagine avant tout des scènes de cinéma bien plus que des personnages définis. Son texte est d’ailleurs parsemé de lieux divers et de sauts dans le temps. Pour lui, les répliques doivent véhiculer une charge émotive assez forte pour toucher le spectateur.

Pour Kevin, l’improvisation est non seulement un point de départ, mais l’essence même de ses créations. Il cherche avant tout des moments physiques et musicaux. Son écriture est visuelle, textuelle et sonore à la fois. La lumière et le piano deviennent alors des personnages au même titre que l’acteur sur scène. J’espère que cette production reviendra à Montréal. Je suis réellement déçue de l’avoir manquée à en 2016. Vous devez voir les photos ! Une œuvre entière et magistrale. Je regrette de ne pas avoir acheté le livre d’ailleurs. Honte à moi! Navrée Monsieur McCoy. En plus, les récits généalogiques me captivent.

Jean-Denis, quant à lui, retravaille son texte constamment, au grand désespoir de son éditrice, en fonction des acteurs qui incarnent ses personnages. À l’oralité, il cherche le rythme dans les répliques qu’il répète lui-même à voix haute, tapi dans l’ombre d’un café. Pour lui, il y a une distinction entre l’écriture dramatique et l’écriture scénique, laissant au metteur en scène le soin d’adapter avec une grande liberté ses œuvres.

Je vous encourage fortement à assister à ces moments intimes qui ouvrent la porte à l’imaginaire des créateurs. Par curiosité certes, mais aussi si l’écriture et la création vous intéressent un tant soit peu, c’est l’activité idéale pour saisir quelques trucs inspirants.

Edith Malo

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :