David Ospina

Si on vous offrait la chance de tout recommencer, quel choix de vie feriez-vous? Que vous faudrait-il pour être à la hauteur de vos aspirations? Qui resterait dans votre vie? Seriez-vous ce que vous êtes en ce moment même? Ce ne sont que des exemples des questions qui risquent de vous passer par la tête en voyant Table rase, pièce présentée jusqu’au 5 décembre à l’Espace Libre.

Table rase, c’est six amies qui se connaissent depuis des années. Elles ont environ vingt ans et recherchent toutes le grand bonheur, une raison de s’accrocher à la vie, un ancrage, des repères. Génération Y. Trop de choix à faire, trop d’options, trop d’occasions.

Pourquoi s’inquiètent-elles de demain alors qu’elles ont vingt ans et la vie devant elles? Parce que l’une d’entre elles se meurt. Cancer incurable. Il n’y a plus de repères qui tiennent quand la mort nous guette.

Collectif Chiennes soulève les mœurs de notre société moderne avec Table rase, et clairement, les bouleversements qui en découlent nous placent le nez dans notre propre merde. Il est difficile de ressortir indemne, car les réflexions des six amies peuvent nous renvoyer à notre propre histoire.

À la vie, à la mort

Table rase ne fait pas dans la dentelle. Les six amies ont décidé d’en finir avec leurs jours… anciens. Pas de suicide collectif, mais une urgence de vivre qui dépasse la vie, la mort et toutes ces choses qu’on tient pour acquises, toutes ces relations qui nous étouffent plus qu’elles nous soulèvent, tous ces projets qui ne tiennent plus.

Les tabous éclatent. Elles parlent de cul, elles argumentent sur l’amour, elles dévoilent leurs angoisses, elles crient leur impuissance. Qu’elles soient hystériques, renfermées, démunies, fortes ou vulnérables, leur amitié est sans pudeur.

Une des leurs va mourir et elles ont le devoir de l’honorer, d’honorer leurs liens, leur histoire, leur vie. Elles ont chacune fait des choix et les autres ont suivi, mais elle…elle a choisi d’en finir avec la vie. Elle n’a pas choisi de mourir. La maladie lui impose de crever et de laisser à ses amies son seul souvenir. Elle a choisi de mettre fin à ses souffrances.

Les filles sont réunies à sa demande. Elle souhaite qu’elles vivent pour elle, qu’elles vivent par procuration la vie qui lui est refusée. Autour de la table, elles feront amende honorable. Quels sont les fantômes qui les hantent encore? Quelles sont les chaînes qui les ancrent dans un passé trouble? Que sont-elles prêtes à laisser de leur « ancienne vie »?

Il y aura un « avant » et un « après ». Et un moment fatidique. Elles appréhendent toutes ce moment, mais elles honoreront la demande de leur amie.

Avec une mise en scène toute simple et sans pudeur de Brigitte Poupart, la folie et la grandeur des six personnages de Table rase sont saisissantes. Quelle pièce, quel jeu de la part des six comédiennes Vicky Bertrand, Marie-Anick Blais, Catherine Chabot, Rose-Anne Déry, Sarah Laurendeau et Marie-Noëlle Voisin! Ces femmes sont bouleversantes de vérité, déroutantes, généreuses dans leur performance. Ne passez pas à côté de Table rase!

Élizabeth Bigras-Ouimet

Table rase, présenté à l’Espace libre jusqu’au 5 décembre. Coproduction du collectif Chiennes et de Transthéâtre, dialogues de Catherine Chabot et mise en scène de Brigitte Poupart.