Crédit photo : René-Maxime Parent

Crédit photo : René-Maxime Parent

L’homme-phalène a été métamorphosé en diverses formes dans l’imaginaire populaire, mais sa signification reste l’annonce d’une catastrophe. À Point Pleasant dans l’État de la Virginie-Occidentale, on lui voue un culte à la suite de l’effondrement du Silver Bridge qui a fait 46 morts le 15 décembre 1967. Au lieu de présenter cette créature mythique comme un « oiseau de malheur », l’artiste David Martineau Lachance expose son point de vue par rapport à nous, les humains, en proie à une tragédie éventuelle. L’exposition Ses larmes a lieu à la Maison des arts de Laval du 29 novembre au 7 février.

« Il le savait, mais personne ne l’avait écouté; les habitants, apeurés, le fuyaient », peut-on lire à côté du portrait de l’homme-phalène, personnage ailé blanc orangé avec deux grands yeux et des antennes. « Mais qui s’occupe des remords de l’homme-phalène ? », se conclue le court texte que l’artiste considère comme une œuvre en soi.

Sur un mur, une série de dessins présente des scènes mystiques. Le plus marquant me semble celui de la créature ailée en banlieue du ciel étoilé, un cercle coloré bleu au lavis. Sur un autre mur, un tableau affiche les 46 victimes, bien comptées, dans des auras angulaires. Pour ma part, j’y ai vu la représentation de la vision prophétique de la créature ailée avant leur mort. « Les cadres des personnages illustrent des cercueils », m’a confié l’artiste. « Plusieurs interprétations sont possibles », a-t-il poursuivi.

Lors du montage de l’exposition de David Martineau Lachance le 23 novembre dernier, j’ai pu  m’entretenir avec l’artiste. Nous avons abordé divers thèmes concernant sa démarche artistique et aussi certains enjeux sur le milieu de la culture.

À noter qu’à la Maison des arts de Laval, on inaugurait également le 29 novembre l’exposition Op ! – Le vertige optique. La commissaire Andréanne Roy a pigé dans les collections muséales des œuvres optiques et cinétiques, voire psychédéliques, réalisées entre 1960 et 1975. À visiter avec les enfants, à deux pas de la station de métro Montmorency. Le déplacement en vaut la peine!

René-Maxime Parent

L’exposition Ses larmes de David Martineau Lachance aura lieu du 29 novembre au 7 février 2016 dans le foyer de la Maison des arts de Laval.

Pour le calendrier, c’est ici.