Crédit photo : Maxime Robert-Lachaine

Quel objet fascinant que Les robots font-ils l’amour? d’Angela Konrad. Présentée à l’Usine C, la pièce promet déjà d’être un des moments forts de la saison. Retour.

On le sait, le transhumanisme nous guette. Au gré des évolutions technologiques, les questionnements se multiplient, abondent. Jusqu’où la transformation des corps permettra de clamer qu’il appartient encore à l’espèce humaine? Quand l’intelligence artificielle fera (encore) plus partie de nos vies, sera-t-il possible de ressentir de troublants frissons… pour une machine? Et bref, les robots font-ils l’amour? C’est à toutes ces questions – et encore plus – que le colloque inspiré de l’essai de Laurent Alexandre et Jean-Michel Besnier tentera de répondre.

Crédit photo : Maxime Robert-Lachaine

Avec un humour tout simplement délicieux, plusieurs clichés de la vie universitaire se rencontrent autour d’une table pour discuter de ces problématiques dans une ère qu’on devine plus lointaine. Ou plutôt, pour confronter leurs profonds désaccords. Et ça y va par là. On a cette professeure un peu trop sexy sur les bords qui rend tout – mais vraiment tout – sensuel, cette artiste intense qui ne veut absolument pas vieillir, cet autre qui élève une enfant trisomique qu’il qualifie de cadeau de la vie, etc. Cinq points de vue, cinq opinions qui viendront se heurter aux fortes résistances des autres.

Le jeu des acteurs – Stéphanie Cardi, Philippe Cousineau, Dominique Quesnel, Marie-Laurence Moreau et Lise Roy – est souvent très juste, parfois époustouflant. Mention spéciale à Stéphanie Cardi, qui ajoute une touche bien intéressante avec ce personnage de femme mariée à un robot. Elle représente avec adresse l’extrême favorable au transhumanisme, donnant le pouls des excès qui risquent d’en résulter. Voudra-t-on cesser la grossesse quand on sait que l’enfant porté est handicapé? En arrivera-t-on à donner des substances aux enfants pour qu’ils soient plus si, plus ça?

Crédit photo : Maxime Robert-Lachaine

Si le cadre de colloque aurait pu s’avérer fastidieux – et d’ailleurs, quelques longueurs ont réussi à frayer leur chemin dans la proposition -, l’habile mise en scène d’Angela Konrad a permis d’accrocher l’attention des spectateurs. Il faut dire que les thèmes abordés, très actuels, ne peuvent laisser indifférents. Surtout parce qu’on sait pertinemment qu’il faudra nous aussi en parler beaucoup plus très, très, bientôt. Et la discussion risque de ne pas être de tout repos.

Mélissa Pelletier

Les robots font-ils l’amour? d’Angela Konrad, présentée à l’Usine C jusqu’au 10 mars 2018. Pour toutes les informations, c’est ici.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :