Zen Bamboo / Photo : Anne-Marie Baribeau

Après avoir découvert pour la première fois la Maison de la culture Maisonneuve pour le spectacle de Maude Audet le mois dernier, difficile de refuser l’invitation d’y retourner pour suivre les performances proposées dans le cadre de la série Révèle la relève présentée par les Francouvertes. Dans mon cas, c’était aussi une découverte de ce que les deux groupes de la soirée, Babylones et Zen Bamboo, pouvaient offrir en live.

Babylones

Le noyau dur de Babylones n’est officiellement composé que de Benoît Philie et de Charles Blondeau, mais c’est bien à six musiciens (!) que le groupe est monté sur la scène. On devine que les gars (et la fille, puisqu’une Marie Claudel discrète jouait la guitare à l’arrière) voulaient que ça rentre au poste pour l’occasion. Les chansons alternaient d’ailleurs entre un rock extrêmement lourd où les nuances sont mises au rancart (ce qui arrive assez fréquemment quand trois musiciens jouent de la guitare en même temps) et des morceaux plus énergiques où on pouvait apprécier les mélodies des deux chanteurs. Après un moment d’incertitude au début du spectacle, nos oreilles se sont vite habituées à ces deux directions et une poignées de spectateurs se sont mis à danser intensément.

Babylones / Photo : Benjamin Seropian

C’est entre deux chansons de « pop angoissante » que les frontmen du groupe semblaient le moins dans leur élément. Les interactions étaient limitées avec le public pourtant plutôt réceptif, se contentant souvent de nommer la prochaine chanson ou de faire un commentaire ou une petite blague. Ma blonde n’y a vu que du feu quand Charles Blondeau a annoncé que c’était Zen Bamboo sur scène à ce moment-là, mais toutes les interventions n’ont pas eu le même effet. Pour des musiciens habitués à jouer avec différents groupes, c’était une petite surprise de les voir aussi timides sur ce plan. C’est certain qu’il y aura un petit effort à faire sur ce plan si Babylones veut prendre du galon dans les prochaines années, mais dans l’ensemble, c’était une performance solide et assumée, et surtout pas mal plus intense que ce qu’on nous offre sur album! La table était mise pour la perfo de Zen Bamboo juste après.

Zen Bamboo

Après l’expérience, la jeunesse désinvolte : Zen Bamboo, fort de 4 mini-albums dont un lancé le mois dernier, avait bien l’intention de garder le party bien vivant à la Maison de la culture Maisonneuve. Les quatre acolytes n’ont pas manqué d’énergie pendant l’heure où ils étaient sur la scène même si les petits problèmes techniques se sont faits nombreux. Et puis, on aime ou on déteste, mais l’attitude intense et expressive du chanteur et guitariste Simon Larose a volé le show tout le long de la performance. Après tout, son côté désinvolte et relâché fait aussi partie intégrante du spectacle.

Un peu comme avec Babylones, on a eu droit à une certaine alternance entre différentes énergies. Beaucoup de chansons rapides et énergiques et quelques pistes plus lourdes au milieu de tout ça. Le chanteur nous a aussi appris que maintenant Zen Bamboo ne faisait plus du rock, mais du grunge… et ce, sans même qu’il puisse vraiment décrire ce qu’est le grunge. On voit quand même un certain parallèle entre Simon Larose et un certain Kurt Cobain, du moins dans l’attitude et dans la coupe de cheveux. Peu importe la dénomination officielle du genre, ça n’a pas empêché quelques fans à se lancer dans un moshpit au milieu du spectacle. Au fond, pourquoi pas? Probablement entraîné par son public, le groupe s’est aussi « lâché lousse » vers la fin, gueulant à quelques reprises « on peut faire tout c’qu’on veut » en redoublant d’intensité. On a même eu droit à un solo de guitare debout sur un tabouret qui s’est heureusement bien terminé.

« Volume 4 : Retour aux sources », le dernier EP de Zen Bamboo

Fatigue aidant (on ne rajeunit pas), on a quitté la salle peu après 23h, pendant que Simon Larose offrait un rappel en solo. Avant de quitter, on a aussi entendu la bonne nouvelle : un premier long jeu est au programme pour Zen Bamboo en 2019. Bien hâte de savoir ce qu’on nous réserve pour la suite.

Babylones et Zen Bamboo étaient à la Maison de la culture Maisonneuve le 7 décembre dans le cadre de la série Révèle la relève présentée par les Francouvertes.

– Olivier Dénommée

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus! Abonnez-vous à notre infolettre ici.

À DÉCOUVRIR AUSSI :