117nord

117 NORD deVirginie Blanchette-Doucet – Boréal

Maude est séparée, divisée. Une partie d’elle vit dans la sciure de bois, dans une ébénisterie à Montréal, tandis que l’autre vagabonde dans le cœur de Francis et le territoire abitibien miné, habité, exproprié. Dans un habile aller-retour entre l’enfance et l’âge adulte, Virginie Blanchette-Doucet nous offre avec 117 Nord, publié chez Boréal, un roman de la route sur l’importance des racines et sur la mémoire des espaces. La jeune auteure donne la parole à deux personnages de peu de mots. Maude et Francis se comprennent sans même avoir à se parler, et sont incapables de communiquer autrement que dans les non-dits, les sous-entendus et la restriction. On y parle d’une réalité des régions, celle qui est grise, parfois morose, vraie. Un roman épatant de maturité et de maîtrise pour une si jeune auteure.

 

RÉNOVATION de Renaud Jean – Boréal

Deux hommes débarquent à l’improviste dans l’appartement d’un troisième pour y entreprendre des rénovations. L’homme tente de faire respecter ces droits, mais cède tout de même assez facilement. Après tout, qui n’aimerait pas avoir un bel appartement tout neuf? C’est à ce moment que Renaud Jean nous embarque dans un projet tout à fait autre que ce à quoi on s’attendait. Le personnage principal est maintenant sous l’emprise de ces deux rénovateurs, et il ne peut malheureusement rien dire puisqu’il a signé le contrat : une feuille blanche. En jouant sur les frontières de la santé d’esprit de son personnage principal qui ne sait plus où il se trouve ni ce qu’il doit faire, l’auteur déséquilibre son lecteur habilement dans cette histoire poignante et déstabilisante.

renovation

DÉTERRER LES OS de Fanie Demeule – Hamac

Une jeune fille aime beaucoup la nourriture, l’aime jusqu’à ne plus savoir comment arrêter d’en engouffrer. Elle grandit, vieillit, se met petit à petit à détester ce corps qui devient son ennemi. Elle tente de garder le contrôle sur sa vie en existant dans le regard des garçons qu’elle rencontre, en gérant miraculeusement ce qu’elle peut et doit ingérer pour tenter de rester vivante. Mais l’est-elle vraiment? Fanie Demeule use d’audace avec une plume dénuée de tout tabou dans Déterrer les os. Elle nous offre un premier roman empreint d’une grande sensibilité, qui porte un regard nouveau sur les troubles alimentaires. En même temps, c’est beaucoup plus que seulement l’anorexie, c’est un point de vue sur un mal d’être plus profond, sur les conditions de l’existence d’une génération qui ne sait qu’exister que dans l’apparence.

THE GIRLS d’Emma Cline – Éditions de la Table Ronde

Roman très attendu aux États-Unis cet été, The Girls nous arrive en français aux Éditions de la Table Ronde. La jeune Emma Cline fait preuve d’une audace inqualifiable en s’attaquant à un pan de l’histoire américaine où elle réécrit les évènements de l’été 1969 s’inspirant d’une « famille » particulière que l’on devine être celle de Charles Manson. Evie Boyd, une jeune fille traîne dans son village rural de la Californie. Rien ne l’embête plus que sa vie familiale rangée lorsqu’elle croise sur son chemin Suzanne, grande échevelée au regard mesquin. Evie sait que Suzanne changera sa vie, mais elle ne se doute pas à quel point. Contrairement à Simon Liberati qui traite du même sujet dans California Girls, la jeune auteure s’est attardée à une seule des filles pour en dévoiler ses tourments intérieurs. Cline mène d’une main de maître ce récit qui s’étale sur plusieurs années, jouant sur la temporalité, montrant l’Evie d’avant et d’après les évènements. L’engouement n’est pas faux, une écrivaine remarquable est née. Emma Cline est un nom à retenir pour les années à venir.

Elizabeth Lord