Je ne vous apprends rien, l’industrie musicale québécoise est en pleine transformation. Si un musicien pouvait espérer vivre de ses albums il y a encore quelques années, la réalité change à une vitesse phénoménale. À l’ère de BandCamp, MySpace et YouTube, comment s’en sortir? Yzabel Beaubien, passionnée de musique et travailleuse culturelle aguerrie, s’est également posé la question.

Dans Quand le show devient business, sorti le 7 novembre dernier en librairie, l’auteure tente de donner des outils pertinents aux artistes, créateurs et entrepreneurs du domaine musical. Pourquoi? « Ayant aidé à démarrer plusieurs carrières, j’ai réalisé que les mêmes questions reviennent. Beaucoup de connaissances de base manquent aux gens du milieu. » Entrepreneure passionnée, Yzabel a eu la chance de côtoyer énormément de personnes de l’industrie musicale grâce à son agence de spectacles et de gestion d’artistes créée en 2000, Kartier Général. Présidente et unique propriétaire de J’imagine Consultants depuis 2011, l’auteure s’est concentrée à aider les artistes – de la relève ou établis – à mieux comprendre le merveilleux (et complexe) monde des subventions et bourses.

En commençant ce manuel, Ysabel avait deux objectifs : décrire l’industrie musicale québécoise dans ses moindres rouages et fournir une série de trucs très « to the point » aux artistes pour bien démarrer leur carrière et la gérer efficacement par la suite. Soucieuse de bien guider ses lecteurs, elle a même eu l’idée de lancer un forum de discussion à cette adresse : http://quandleshowdevientbusiness.com/discussion/. Si l’auteure ne souhaite pas que ce soit une vitrine pour les artistes et leurs shows, elle désire que cet endroit virtuel devienne un centre de réseautage. « J’ai eu envie de créer un lieu où règne l’esprit de communauté et où les artistes et travailleurs culturels peuvent partager leurs propres expériences. »

Je n’ai pu m’empêcher de demander à l’auteure si elle envisagait écrire un manuel d’instructions aussi complet pour chaque domaine artistique. «  Hum, malheureusement ce n’est pas ma spécialité… Quoique certains de mes conseils peuvent s’appliquer à d’autres artistes. Tout créateur est un travailleur autonome et doit considérer son projet comme une entreprise. Quand le show devient business peut aider en ce sens. Et tant mieux si des auteurs se décident à écrire des manuels pour les autres arts, c’est nécessaire! »

Tenez-vous le pour dit. Mais pour l’instant, à vos livres les musiciens!

– Mélissa Pelletier