Xiaodan He (La danse de l’étoile, Terre des femmes) réalise Un printemps d’ailleurs, un premier long-métrage de fiction entre le Québec et la Chine. Il met en scène Wensi Yan et Émile Proulx-Cloutier. Retour sur la première montréalaise.

Malaises ambiants

Le prologue du film se déroule à Montréal, où Fang (Wensi) et Éric (Émile) vivent ensemble. Dès la première scène, brutale et inattendue, on comprend la dynamique de ce couple dysfonctionnel. Ils n’ont pas d’enfants, et c’est la cause du conflit entre entre eux. En instance de divorce, Fang laisse le Québec le temps d’un retour au bercail.

En Chine, à Dazu, elle retrouve son grand-père et sa nouvelle femme, puis le reste de la famille. Très vite, les malaises québécois laissent place à d’autres. Lors d’un banquet, sa famille dénigre sa cousine Hong, qu’elle n’a pas vue depuis longtemps. Cette dernière est reniée, car elle a donné naissance à une fille issue d’un viol. Tout l’enjeu de la naissance touchant profondément Fang, elle tente de venir en aide à cette cousine réfugiée à Chongqing. Fang, avide de se redécouvrir chez les siens, affronte tous les malaises et exprime sans retenue sa pensée auprès des membres de sa famille.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Glauco Bermudez à la direction de la photographie, le spectateur peut se repaître de magnifiques plans très bien orchestrés. La lumière et le cadre sont toujours à la bonne place. Lors de la scène du bain de minuit, Fang et son prétendant (ami de jeunesse) sont découpés par les projecteurs de la piscine de manière à les estomper, les embarquer dans le paysage. À plusieurs reprises, les personnages se retrouvent dans la nature chinoise en contraste avec les grandes villes. La photographie rend palpable la gamme d’émotion que vit Fang durant son périple.

Pensées chinoises

Puisque le film se concentre sur le retour aux sources, la protagoniste gagne en sagesse et en perspective lors de ses discussions les plus intimes avec sa nouvelle grand-mère, ou encore avec son prétendant, tous deux lui apportant des réflexions et constats utiles à son cheminement.

Xiaodan He fait une belle entrée dans la fiction avec Un printemps d’ailleurs.

– Victor Bégin

Un printemps d’ailleurs, réalisé par Xiaodan He, avec Wensi Yan et Émile Proulx-Cloutier, 2017.

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus! Abonnez-vous à notre infolettre ici.

À DÉCOUVRIR AUSSI :