Pour une nouvelle année, l’artiste graveur Wah Wing Chan prend possession des murs informels de la Galerie Wilder & Davis. Après y avoir exposé en 2011 ses propres estampes sous le titre Noir sur Noir, c’est maintenant en tant que commissaire que Chan retrouve la galerie qui fait également office d’atelier de lutherie. Il a choisi cette fois-ci treize artistes graveurs, établis pour la plus part dans la métropole montréalaise, et les a regroupé sous l’exposition Presence. À la fois mécanique et organique, les estampes sélectionnées pour l’exposition explorent généralement la question de la présence par l’abstraction. Les différents types de gravures composent entre la ligne droite, répétitive et imposante, et entre les formes douces, fluides et translucides. L’abstraction dévoile toutefois, par paliers, des formes plus définies telles qu’un filage urbain, des dentelles végétales ou encore l’éclat mât du bronze.

Sur son site internet personnel, Chan explique son attrait pour les techniques de l’estampe. S’il s’intéresse davantage à la forme et au processus de création qu’à l’objet de la représentation, il mentionne être également fasciné par les détails négligés, presqu’invisibles, qui nous entourent. Le choix d’exposer chez Wilder & Davis ne semble donc pas aléatoire, puisque Chan permet aux visiteurs, comme aux clients de l’atelier, de découvrir des formes inattendues grâce à cet espace hybride.

Avec Presence, l’œil du spectateur s’enivre dans l’épaisseur des motifs des œuvres qui cachent une variété de techniques. Bois gravé, eau forte, collagraphie, aquatinte, lithographie et sérigraphie sont des exemples des techniques dévoilées sur les cartels. Bien que l’exposition se déploie sur deux étages, la juxtaposition des œuvres est soignée et nous invite à voir et revoir chacune des estampes qui s’appellent et se répondent. Située en plein cœur du Plateau, l’atelier-galerie, qui prend également les allures d’une jolie maison avec son escalier central et ses moulures de bois, est la halte parfaite, qu’on ait beaucoup de temps ou que quelques minutes pour visiter l’exposition.

– Véronique Duret

Presence, jusqu’au 20 juillet 2012, à la Galerie Wilder&Davis (257 Rachel Est).