Portrait dune méconnu(e) est une rubrique mensuelle permettant de mettre en lumière les projets, démarches ainsi que le parcours de femmes et personnes non-binaires dans le milieu artistique.

J’ai rencontré Émilie Payeur dans un petit restaurant chinois de Verdun, le quartier qu’elle habite. Alors que nous étions attablées devant un riz frit aux crevettes, un Chow Mein et des raviolis aux arachides, elle m’a étayé, avec une authenticité désarmante, les développements de sa carrière artistique. Artiste montréalaise, ancienne étudiante de l’Université de Montréal en électro-accoustique, elle compose de la musique noise expérimentale. Elle manie les synthétiseurs, les pédales et la technique du « no-input ». Elle joue avec les feedbacks et déconstruit des samples.

Elle s’envolera dans les prochains jours pour une résidence de six semaines au Japon. Elle revient d’une résidence de deux mois en Finlande. Bref, les projets se multiplient, autant à l’étranger qu’à Montréal. Émilie explose, de manière sensible et réfléchie, tout à fait à son image. Son processus créatif s’intéresse notamment aux traces laissées par les événements ou actions. Ces traces, telles des vestiges ou souvenirs, ont un fort pouvoir d’évocation. Elles sont aussi assujetties au temps, à la détérioration et à la distorsion. Emilie tente de les évoquer et de les recréer mais aussi de jouer avec ces traces à travers sa musique et installations afin de faire vivre une expérience, et de provoquer une réaction chez l’auditeur et spectateur.

En isolant et en m’appropriant certains éléments d’une situation vécue ou imaginée, je me plais à jouer avec la réalité, la fausser, la manipuler pour la rendre distordue ou lui donner un nouveau sens. »

Retour sur la Finlande

L’hiver dernier, sa pratique artistique a pris tout un élan suite à sa dernière résidence de deux mois en Finlande à Turku. Elle en est revenue ébranlée, mais d’autant plus inspirée et impliquée à ses projets. « En Finlande, j’ai eu un éveil ou plutôt un retour à la nature et à mes émotions. Avant, à l’école, j’étais très intellectuelle. Le voyage m’a ouvert à plein de choses. »

Sa pratique a évidemment évolué depuis l’université. Elle dit s’éloigner d’une musique « intellectuelle » et découvrir dernièrement le rythme dans la musique électronique expérimentale.

Son projet principal en Finlande s’inspirait d’une balade en forêt avec un ami. Elle a enregistré le son des pas dans un tunnel abandonné. La bande sonore était jouée dans une installation de vases en verre qui vibraient au rythme des mouvements. En plus de compléter son projet de résidence, elle a eu le temps de produire un album! Elle cherche d’ailleurs un label pour le propulser en Finlande.

Elle retournera assurément visiter ces contrées scandinaves, dans un autre projet à venir!

Umpimähkään from Emilie Payeur on Vimeo.

Vers le Japon

Dans les prochains jours, Émilie s’envolera vers le Japon avec une collègue artiste-vidéaste Charlotte Clermont. Elles prévoient créer une oeuvre commune, l’une vidéo, l’autre musique.

Comme les moines, on va faire les mêmes gestes répétés, mêmes symboles à chaque jour. Les gestes vont être différents selon les jours, comment on se sent, notre approche. On s’inspire du folklore japonais. »

Jour après jour, elles referont la même courte pièce, les mêmes gestes. Quels seront les disparités, les fluctuations? Quel est l’effet du temps sur une pratique? À voir, un projet en plein développement!

Femmes musiciennes

Son parcours en tant que femme dans le milieu artistique a toujours été positif. « Je collabore souvent avec des gars, j’ai toujours été traitée avec respect, même, et je le dis sans prétention, avec beaucoup d’admiration. Dans leurs commentaires, ils m’encouragent! Dernièrement, je produisais l’album composé en Finlande, et un collègue m’a dit: “Wow! Quel album!” ».

La scène musicale à Montréal l’a bien accueillie, et ce n’est pas une surprise puisque son authenticité et sa franchise désarment tous les sceptiques. Bon voyage et bonne résidence Émilie!

Pas besoin de comprendre toutes les techniques de sonorisation pour avoir envie d’en connaître plus sur Émilie Payeur! Suivez-la ici!

– Raphaëlle Mirandette

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus! Abonnez-vous à notre infolettre ici.

À DÉCOUVRIR AUSSI :