Photo : Olivier Dénommée

Après avoir veillé tard les derniers soirs, nous voilà déjà à la fin de ce 17e POP Montréal. En ce dimanche, le spectacle qui a attiré notre attention était beaucoup plus tôt en journée… à 15h15 au Théâtre Rialto.

Gypsy Kumbia Orchestra

On a eu la chance de voir le Gypsy Kumbia Orchestra (GKO) en spectacle à deux reprises. Et les deux occasions ont montré un groupe aussi solide que festif et rassembleur. De notre côté, aucune question à se poser : c’était au Bal dansant en famille orchestré par le GKO qu’on devait être dimanche après-midi!

15h20 : arrivée au Théâtre Rialto. On a un peu peur de constater que seulement une poignées de personnes, essentiellement des jeunes familles, étaient sur place. Un DJ propose sur scène des rythmes latins et des enfants courent un peu partout devant la scène, jouant avec des ballons. Il est vrai que la description de l’événement visait particulièrement à attirer les enfants, les invitant gratuitement à la fête, mais le gars de 28 ans venu seul que j’étais se sentait (un peu) comme un intrus.

La codirectrice artistique et danseuse Carmen Ruiz est arrivée sur scène vers 15h45. Son but : réchauffer le jeune public et le préparer à la vague d’intensité qui promettait de le frapper de plein fouet. Les enfants étaient timides au début, mais la plupart ont fini par suivre les directives avant de retourner à leurs occupations (courir partout!) à la fin de l’exercice. Le vrai spectacle a débuté à 16h15. Et quel spectacle!

Une petite crainte qui m’habitait était que le GKO dilue sa proposition pour la rendre plus facile à digérer pour les tout petits. Mais en fait, il n’y avait rien à diluer : l’orchestre est naturellement entraînant et drôlement accessible, même si on n’entend pas si souvent cet hybride musical. Sur scène, une douzaine d’artistes (musiciens et danseuses) ont vite fait d’envoûter les curieux avec leurs chansons festives et leurs chorégraphies redoutables d’efficacité. En prime, le GKO a raconté une histoire qui a servi de fil conducteur durant toute la performance. C’était sympathique et ça incitait les jeunes à être attentifs, sans que ce soit lourd pour les parents. Clairement, l’orchestre n’en était pas à son premier spectacle conçu pour les enfants.

Photo : Olivier Dénommée

Plus l’heure avançait, et plus les enfants se dégênaient et montaient sur scène pour approcher les membres du GKO. Si bien que Perdititi (l’autre directeur artistique) a déclaré qu’il s’agissait d’une véritable invasion! Les enfants ont été gentiment éloignés pour les besoins de la grande «finale», survenue vers 17h20. Les guillemets sont toujours nécessaires lorsqu’on parle du Gypsy Kumbia Orchestra, parce qu’ils ne savent jamais quand arrêter : au moment de quitter le Théâtre Rialto vers 17h30 (pour voir un autre spectacle, figurez-vous!), le groupe jouait une toute nouvelle chanson qui apparaîtra dans un futur album et invitait des artistes de cirque pour ajouter à la fête. Selon la programmation de l’événement, l’animation allait se poursuivre avec «DJ Oonga et ses invités» jusqu’à… 22h. C’est qu’ils savent fêter ces Colombiens!

POP Montréal, du 26 au 30 septembre. Pour toute la programmation, c’est ici.

– Olivier Dénommée

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus! Abonnez-vous à notre infolettre ici.

À DÉCOUVRIR AUSSI :