Crédit photo : Olivier Choinière

Polyglotte est un projet qui met en lumière l’immigration sous une loupe critique et ironique. Olivier Choinière a conçu et revisité un moment crucial dans la vie d’un immigrant : l’examen de citoyenneté canadienne et tout le cérémonial qui s’ensuit. Non-acteurs, avec seulement leurs histoires comme costume, anglophones et francophones, des hommes et des femmes venus d’ailleurs nous mettent face à la chute d’un idéal canadien.

Le théâtre Aux Écuries, lieu de fermentation de l’idée de Polyglotte, se situe dans un quartier multiethnique. C’est dans ce quartier qu’Olivier Choinière a choisi ceux qui sont venus nous dire : « Pourquoi ce pays là ? » Ils sont candidats. Le public, aussi. Nous sommes dans une suite de protocoles, de contraintes, de pieux mensonges sous la supervision d’une voix préenregistrée, d’un Big Brother, qui avoue lui-même vouloir partir, s’il le pouvait.

Cette voix canadienne venue tout droit des cassettes de conversation des années 1960 leur suggère d’apprendre les us et coutumes de leur pays d’accueil tout en leur faisant passer un questionnaire qui pousse à réfléchir sur le désir d’être accepté et ce, sans condition. Cette immersion un peu caricaturale est ponctuée de récits révélant avec sincérité les attentes ainsi que les déceptions. Ils viennent d’Iran, d’Haïti, du Mexique, de l’Inde, de Colombie et de France et ils cherchent leur bonheur. Mais le bonheur par rapport à quoi, demande t-on ?

Dans une maison de bois, on remet en questions certains clichés tout en faisant le portrait une société actuelle, et où malheureusement, tout n’est pas rose. On en voit l’exemple, lorsqu’à travers une fenêtre, les nouveaux venus assistent à une manifestation violemment réprimée. C’est l’image d’une société prise avec sa propre confusion identitaire.

Une phrase revient en leitmotiv : « Montrez votre bonne volonté ». Malgré les emplois en dessous des compétences, l’indifférence et la pauvreté, couverts sous les discours policés des politiciens. Polyglotte pointe un décalage qui continue à se creuser entre un pays fantasmé et la réalité, témoignant d’une vision propre à ceux qui la vivent au quotidien.

Rose Carine H.

Polyglotte est présenté dans le cadre du FTA au Théâtre Aux Écuries jusqu’au 4 juin.