En 2008, le monde a connu une crise moderne économique sans précédent –depuis la Grande Dépression des années 30- avec la faillite de la banque d’investissement Lehman Brothers, dont la valeur s’élevait à 635 milliards de dollars. Cette crise était censée sonner le glas de notre période d’expansion néolibérale avec l’idée de repenser notre système mondial économique. Seulement, une élite politique et économique en a voulu autrement, en procédant à un sauvetage financier pour relancer la machine.

Avec cet ouvrage, David McNally, auteur et professeur de science politique à l’Université York de Toronto, s’applique à mettre en lumière la chute d’un capitalisme mondial qui n’est pas seulement dû à un simple accident, à une déréglementation financière, mais bien à la nature même de notre modèle économique. Elle constitue une succession de crises plurielles, liées les unes aux autres, avec l’éclatement de la bulle immobilière, les nombreuses faillites bancaires et les différentes dettes souveraines.

À la suite de cet effondrement mondial, ont été mises en œuvre des mesures d’austérités par les gouvernements. Ces politiques drastiques ont accablé les peuples dont les principales victimes sont les classes moyennes et marginalisées -avec l’exemple de la Grèce, de l’Espagne ou encore du Portugal- en nous faisant croire que cela était une nécessité afin de retrouver le chemin de la prospérité. Le politologue cherche à s’éloigner des discours, des analyses opaques et officielles d’économistes à la solde des gouvernements.  Un essai dense mais très accessible, construit tel un puzzle afin d’appréhender la crise dans toute son ampleur et sa complexité. Un antidote indispensable !

– Thibaut Vergez-Pascal

Panne globale, crise, austérité et résistance, David McNally, Éditions Écosociété.