Crédit photo: Le Petit Russe

C’est mardi soir dernier, sous les dernières (espérons!) bourrasques de neige que les Hay Babies ont lancé leur premier album, Mon Homesick Heart, à La Tulipe. Un opus fort, efficace, qui n’a pas déçu le public déjà conquis.

Sous les applaudissements (vraiment) très enthousiastes des spectateurs, Katrine Joël (ukulélé), Julie Aubé (banjo) et Vivianne Roy (guitare) ont entonné avec aplomb leurs pièces indie folk-country aux accents nostalgiques. Les filles, originaires du Nouveau-Brunswick, ont vraiment le tour de mettre en mots des émotions presque banales sans pour autant y tomber lors de l’interprétation. Des chansons de la trempe de « Mon Homesick Heart » justement, qui raconte sans flafla les aléas de la vie de tournée. Une vie qui n’aide visiblement pas les amours, à ce qu’on peut entendre dans « Fil de téléphone », « La toune du Soundman » et « N’importe quel gars ». Si les chansons versent parfois dans la douceur et la mélancolie, le dynamisme est loin de manquer à l’appel. Musiciennes de talents, les filles trippent fort sur scène et entraînent le public avec elles.

Réalisé par François Lafontaine (Karkwa), qui est d’ailleurs monté sur scène pour jouer avec la formation l’extrait « Bonnie & Clyde », Mon Homesick Heart a tout d’un premier album décisif : oui, Les Hay Babies risquent de jouer dans la cour des grands. Et c’est ce qu’a semblé réaliser Vivianne, qui s’est écriée vers la fin du lancement très réussi : « Wow, enfin c’est lancé! Je vais pouvoir arrêter d’avoir mal à la bédaine! » Ce n’est pourtant pas fini, puisque les filles présenteront leur nouvel album dans leur patelin le 22 mai, à Memramcook. Et disons que le tourbillon des spectacles va se continuer jusqu’en automne. À voir!

– Mélissa Pelletier