Léna Mill-Reuillard, Horizon, 2012, épreuve numérique.

 

Le 31 octobre 2013 prochain, ce n’est pas juste l’Halloween; c’est aussi le vernissage de l’exposition Mirari de l’artiste Léna Mill-Reuillard. Venez découvrir le travail de cette finissante à la maîtrise en arts visuels et médiatiques à La Galerie de l’UQAM à 17h30, après quoi vous aurez le loisir de déambuler dans les rues vêtus de votre costume le plus affreux… pour certains.

 

Mon entretien avec l’artiste

L’exposition, intitulée Mirari, se tiendra du 1er novembre au 14 décembre 2013. Pour avoir un avant-goût de l’exposition, je rencontrais, le mois dernier, cette charmante mademoiselle Mill-Reuillard afin de lui poser mes questions par rapport à son projet de fin d’études.

Tout d’abord, j’ai tenu à clarifier le sens du titre de son exposition avec elle. Avant de la rencontrer, j’avais lu qu’en latin, ça pouvait signifier une forme de verbe, soit l’infinitif de miror, qui veut dire : s’étonner de quelque chose. Finalement, j’avais vu juste; c’est l’étymologie du mot qui intéressait l’artiste, qui suggère plus d’une image… On pourrait aussi traduire le mot « mirari » par l’expression anglaise «to look at». Ce titre évoque donc un regroupement de plusieurs éléments par rapport au regard.

L’artiste s’intéresse au rapport du corps à l’espace. Elle souhaite mettre en espace ses photographies en explorant la fragilité et les limites du cadre photographique à l’aide de projections vidéo. Elle a choisi la figure de la mer – un paysage intangible – afin de mettre de l’avant la profondeur de l’image, les lignes d’horizon évanescentes ou encore les superpositions de plans.

Léna Mill-Reuillard a terminé un baccalauréat en cinéma à l’UQAM en 2009, pour ensuite se spécialiser en direction photo. Puis, elle a décidé d’étudier la photographie à l’Université Concordia pendant un an. Son parcours l’a menée à faire une maîtrise en arts visuels et médiatiques, où elle a pu continuer à jouer avec cette frontière entre la photo et la vidéo. Enfin, sa maitrise lui a permis de développer des caractéristiques plus personnelles à son travail; à se définir une signature visuelle plus propre à elle. Elle collabore présentement à la création de la vidéo faisant partie de l’installation Dédale, de l’artiste Jocelyne Alloucherie, qui sera présentée à la Fonderie Darling du 17 octobre au 8 décembre prochain. Vous pouvez aller jeter un coup d’œil sur son site Internet personnel ici (lenamillreuillard.com).

La Galerie de l’UQAM se situe au Pavillon Judith-Jasmin, salle J-R120, au 1400, rue Berri, angle Sainte-Catherine Est, Montréal (métro Berri UQAM), et elle est ouverte du mardi au samedi, de midi à 18 h. L’entrée est libre. Pour plus de renseignements, rendez-vous ici (galerie.uqam.ca).

– Geneviève L’Heureux