Si certains choisissent les grandes autoroutes bondées pour se rendre à destination, on ne peut pas en dire autant de Meteor Ranchero, qui a plutôt choisi les routes secondaires peu fréquentées et poussiéreuses à souhait, avec ses détours et ses travers, pour y rouler et son rock et gagner son indépendance.

Faisant volontairement pied de nez au son aseptisé des radios commerciales, Meteor Ranchero offre un alliage organique de folk, de rock et de country ; une sorte d’americana québécois bien senti et fait sur mesure pour la route. Le groupe est composé de Pascal Fournier (guitare et voix), d’Éric Scala (batterie et voix) et de Pat Duquette (basse et voix), trois bêtes de musique qui roulent leur bosse depuis plus de 20 ans. L’aventure Meteor Ranchero existe depuis trois ans, mais ce n’est que tout récemment que Pat Duquette s’est joint à Fournier et Scala. La chimie s’est aussitôt créée.

Crédit: François-Charles Lévesque. De gauche à droite : Pascal Fournier (guitare et voix), Éric Scala (batterie et voix) et Pat Duquette (basse et voix).

À mi-chemin entre Neil Young & Crazy Horse et Dany Placard, les gars de Meteor Ranchero ont su synthétiser une pléthore d’influences (de Dédé Fortin à WD-40, en passant par les seventies) pour créer un son bien personnel : « On ne s’assoit pas pour définir notre son, c’est ce qui sort de nous, c’est sincère. Un mélange d’énergie et d’émotions. » mentionne Pascal Fournier. La Fender Telecaster juste assez slidée, un jeu de batterie « original, la force tranquille du groupe » aux dires de Fournier, une basse simple et rythmée, accotée sur le bass drum et au service de la musique, une voix rauque et douce avec harmonies au passage : Meteor Ranchero crée des ambiances volontairement propices à la route. Des chansons comme Charlie semblent tout droit sorties d’un road movie, à l’intersection de Tarantino et Vincent Vallières, et évoquent un spleen routier qui donnent curieusement l’envie d’aller se perdre sur des routes inconnues, question de s’évader un peu.

Meteor Ranchero reste en dehors du circuit des cliques montréalaises établies et ne prétend pas au succès commercial, question de garder sa liberté, sa transparence et son indépendance. Fournier, Scala et Duquette espèrent plutôt se mériter un succès d’estime, et le fait de passer sur les ondes de radios communautaires et universitaires comme CISM et CIBL, et de pouvoir continuer à faire des shows le plus souvent possible, autant en région qu’à Montréal, les satisfait davantage qu’un succès commercial éphémère. C’est Pascal Fournier, vers la fin de l’entrevue, qui résume très bien l’esprit de Meteor Ranchero : « On s’en crisse un peu : on n’est pas allé cogner aux portes. On fait notre affaire, l’important c’est la musique, pas le succès. On fait nos shows, il y a du monde qui vient nous voir. C’est des trippeux de musique, ils viennent nous jaser. Il est là le fun! » Leur sincérité les honore.

– François-Charles Lévesque

http://www.myspace.com/meteorranchero

Meteor Ranchero lancera son deuxième EP le 22 mai 2012 à la Taverne Jarry (552, Jarry Est)

Pour une petite idée du groupe en spectacle: