À l’aube des années 80, alors que le roman graphique n’était qu’un concept naissant et que le public cible du neuvième art mainstream était encore un composé d’enfants et d’adolescents attardés, une jeune québécoise publie en fanzine ses aventures de danseuse de bar. Participant alors à un genre encore à ses balbutiements, l’autobiographie en bande dessinée, Sylvie Rancourt raconte avec simplicité et honnêteté ses quarts de travail au bar, les réactions de ses clients, la vie avec son copain Nick qui joue sa paye aux cartes, vend de la coke et fait du recel sans qu’elle le sache. S’il y a des passes trash, elles sont racontés avec une candeur qui évite tout auto-apitoiement que ce genre de récit aurait pu engendrer.

Je suis le premier à être un peu fatigué des auto-fictions de jeunes qui vivent dans la misère et à qui rien n’est donné, mais j’avoue avoir été surpris par la fraîcheur et la nouveauté de cette chronique qui a quand même une trentaine d’années, et dont les 7 premiers numéros viennent tout juste et pour la première fois d’être publiés en volume par les éditions Ego comme X. Certains seront peut-être au départ raboutés par le dessin minimaliste de Rancourt, mais ce dernier illustre bien le ton conte de fée des bas-fonds soutenu tout au long de l’histoire.

Assez bien rythmé, le récit met en scène différents personnages simplistes mais touchants, que ce soit la nièce de Melody qui prend ses plombs de hash pour du chocolat, son copain ratoureux qui tente néanmoins de s’en sortir par les seuls moyens qu’il connaît, ou les différents clients et passants dont les pensées qui nous sont livrés l’instant d’une case amènent le sourire et parfois la confusion. Entres autres, on aura droit à l’homosexuel qui est déçu de ne pas être aux femmes, le junkie qui se demande comment il va pouvoir dormir après avoir pris autant de poudre et le client amateur de femmes laides qui est déçu du spectacle. Un monde parfois glauque, parfois attrayant, mais toujours intrigant. Pour les intéressés à la BD underground, ou tout simplement pour ceux qui souhaitent lire quelque chose de « nouveau ».

– Boris Nonveiller

Melody, Sylvie Rancourt, Éditions Ego comme X, 2013