Une nouvelle saison, une nouvelle to-do list. La folie de la rentrée scolaire étant derrière nous, nous avons enfin pris le temps de plonger dans la programmation de La Maison théâtre pour l’année 2018-2019, et même d’assister à une première pièce.

C’est un classique du théâtre jeunesse qui a ouvert la marche pour nous : Une lune entre deux maisons de Suzanne Lebeau. Si le texte a déjà fait ses preuves et traversé quelques décennies, c’est une toute nouvelle mouture (efficace) qui nous a été offerte grâce à la mise en scène de Marie-Ève Huot et aux comédiennes de la compagnie de théâtre Le Carrousel.

On y a fait la rencontre de Taciturne et Plume, plus spécifiquement on assiste à leur première rencontre. Deux petites personnes que tout oppose en apparence, mais qui arrivent à s’apprivoiser tranquillement et découvrent le caractère sacré des premières amitiés.

Plume est vive et enjouée. Elle parle tout le temps. Elle voudrait être amie avec sa nouvelle voisine, Taciturne. Le problème, c’est que celle-ci porte trop bien son nom. Elle n’est pas vraiment d’humeur à parler. Elle est plutôt secrète et préfère s’exprimer par la musique. Il faudra la nuit, ses bruits hostiles, ses ombres inquiétantes pour qu’elles apprennent à s’apprivoiser et combattent ensemble leurs peurs. »

L’univers scénique ici laisse la part belle à l’imagination et invite au rêve. L’enfant s’y retrouve facilement grâce à quelques éléments simples mais familiers. Les comédiennes incarnent parfaitement l’enfance et arrivent à communiquer très clairement les émotions en sous-texte. D’ailleurs, selon nos propres observations, elles ont réussi le pari de garder l’attention des petits spectateurs (un public de 3 à 5 ans) pendant toute la durée du spectacle.

À la tombée du rideau, mon (petit) accompagnateur s’est retourné vers moi les yeux brillants. Il aurait aimé revoir la pièce ou encore qu’elle ait été plus longue, confirmant le côté intemporel de ce grand texte du théâtre jeunesse et un bon coup de la directrice artistique de la Maison Théâtre, Sophie Labelle.

À défaut de pouvoir réaliser son souhait, nous avons identifié quelques autres pièces de la programmation qui nous ont particulièrement interpellées :

  • Petite sorcière (en solo) pour les 6 à 9 ans du 31 octobre au 11 novembre. Une histoire de résilience et de courage, pour grandir et affronter les peurs. La version quatuor est aussi présentée pour les 9 à 14 ans du 9 au 13 novembre.
  • Pigiani pour les 3 à 8 ans présenté du 28 novembre au 6 janvier de la Fondazione Teatro Ragazzi e Giovani Onlus de Turin (Italie). Un classique où l’imagination, la fantaisie et le jeu sont à l’honneur. Faire semblant n’aura jamais été aussi délirants. Une grande fête de l’enfance pour la période des fêtes. Une activité parfaite, à vivre en famille et pourquoi pas un présent sous le sapin.
  • C’est ma sœur! pour les 4 à 7 ans du 7 au 17 mars. Un conte fantaisiste, où une forêt se transforme selon ce que vivent les protagonistes. Si explorer ce bois est une occasion parfaite pour vivre des aventures rocambolesques, c’est aussi la possibilité d’en apprendre plus sur soi-même, les relations et les émotions… et juste à temps pour la période de relâche scolaire.

Si ces quelques pièces sont celles que nous attendons avec plus d’impatience, c’est toutefois plus de 16 pièces qui composent la programmation de la Maison Théâtre pour cette nouvelle saison. À n’en point douter vous trouver une pièce, un thème, un moment, qui vous rejoindra. On vous invite à parcourir la programmation ici.

Mona Lacasse

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus! Abonnez-vous à notre infolettre ici.

À DÉCOUVRIR AUSSI :