Après L’almanach des exils, coécrit avec Isabelle Décarie, Stéphanie Filion publie cet automne son premier recueil de poésie intitulé L’Orient, Louisiana. Ce recueil en quatre temps présente autant d’univers d’amour, d’attente, d’absence et de rencontre dans un style aéré qui effleure les mots sans jamais les brusquer. De Beyrouth jusqu’à Nouvelle-Orléans, l’auteure expose ces petits riens qu’elle glane au fil des déambulations. La vie s’affaire inlassablement sous ses yeux et se décline en tons de distance et d’interstice dans lequel elle glisse son regard pour accéder à ce qui lui est étranger. Car l’intérieur et l’extérieur s’opposent et se complètent, le premier étant le lieu de l’intimité et de l’ouverture à l’autre, pendant que le second correspond à un quotidien duquel la poète est exclue d’office.

La voix poétique entretient un dialogue unidirectionnel avec l’autre qu’elle attend, qu’il soit absent ou endormi. Cet interlocuteur est source de multiples séparations; le départ est d’ailleurs un thème récurrent dans L’Orient, Louisiana. Mais l’absence de l’autre ne signifie pas la solitude puisque la communication n’est pas coupée mais plutôt amplifiée par la distance, mais aussi parce que la voix poétique porte en elle tous les gestes de l’intimité. L’autre devient alors l’occasion d’observer l’être ensemble, c’est-à-dire cette façon qu’ont deux personnes de s’engager dans une relation sans se dissoudre pour autant. Mais le point de vue reste toujours celui de la féminité, et le regard qui est posé assume pleinement sa subjectivité, saisissant au passage les signes fugaces de l’intimité que seule la personne qui se dédie à l’attente saura voir.

Cette intégrité du regard ne prend forme pleinement que dans l’exil. Qu’il soit par rapport à une patrie, à la famille, à l’autre ou même à la vie, l’exil signifie le contraste entre l’individu et le milieu de par la différence des origines et des attentes. Mais l’ailleurs est porteur de découvertes comme de souvenirs entre lesquels navigue l’être en exil. Ainsi, dans L’Orient, Louisiana, Stéphanie Filion dévoile une poésie intéressante et évocatrice qui décline de quatre façons différentes les thèmes de l’attente et du désir, de l’exil et de l’intimité.

– Chloé Leduc-Bélanger

L’Orient, Louisiana, Stéphanie Filion, Le lézard amoureux, 2013.