Crédit photo: John Londono

Ma mère m’a offert un lecteur MP3 à Noël dernier. Je ne l’ai ressorti qu’il y a trois semaines (j’utilisais encore un CD player, ne riez pas!). Ma maman y avait déjà enregistré deux artistes qu’elle adore, à savoir Philippe B. et un artiste inconnu (inconnu sur mon MP3 on s’entend). Depuis trois semaines, je me laissais bercer par trois chansons en particulier dont j’ignorais les titres et l’interprète. Mais j’adorais l’univers que ces chansons créent autour de moi, m’enveloppant comme une bulle au-dessus de tout, créant un univers en moi aussi, car chaque parole rejoint mon cœur, mon âme et tout mon corps. Mais qui est ce chanteur?

Au même moment, j’ai reçu un courriel des Méconnus qui m’informait que j’étais conviée à une entrevue téléphonique avec David Giguère. En faisant des recherches sur cet artiste que je connaissais un peu comme acteur et dont j’entendais parler depuis la sortie de son album Hisser haut,sorti le 24 janvier 2012. J’ai trouvé rapidement les chansons de David sur le site d’Audiogram et cliqué sur les premières chansons de son disque.

Le choc! J’entendais les chansons, mais n’arrivais pas à y croire : David Giguère est l’interprète de mon univers, euh…des chansons que j’écoute depuis trois semaines et qui transforment mon quotidien en une série de séquences toutes aussi colorées qu’enivrantes! Voilà donc l’œuvre de David Giguère. Ouf.

De son propre aveu, David est un homme qui se pose beaucoup de questions. Il a perdu sa mère lorsqu’il était très jeune et cet événement a fait naître en lui une maturité précoce. Je lui ai également souligné qu’il avait, selon moi, une vieille âme, ce qu’il n’a pas nié. David a su très tôt qu’il voulait être acteur. À sept ans, il suivait déjà des cours de théâtre et dès ses quatorze ans, il a gratté la guitare et effleuré le piano. Lors de ses études en interprétation théâtrale au cégep Lionel-Groulx de Ste-Thérèse, il a peaufiné ses aptitudes au piano et a commencé à chanter professionnellement.

Les chansons qui se retrouvent sur son album n’ont pas été écrites dans le but de faire un album. En fait, David écrivait depuis un bout de temps sur son vécu personnel et l’art a toujours fait partie de son quotidien. Chacune des chansons expose l’artiste sans pudeur. David se livre sincèrement à ses spectateurs sur scène. Il est conscient que la vie est fragile; il en profite donc au maximum!

Dès ses études terminées, David Giguère crée un spectacle au Lion d’or. Il est alors remarqué par Pilou (Champion, Elektric Bones, Elisapie Isaac), Pierre-Philippe, qui lui propose de collaborer à un album. Les éléments se déchaînent rapidement et c’est Ariane Moffatt qui assurera la direction artistique et la co-production avec l’artiste. David a été très chanceux, car il est entouré d’une belle équipe, d’amis, de collaborateurs talentueux. Pour ses vidéoclips, tous ses sens artistiques seront mis au tableau : l’acteur, le producteur, le musicien, le concepteur. David est tout. Il crée le tout.

Pour la suite, David espère se perfectionner en tant qu’artiste, en tant qu’homme. S’il est facile d’approcher le premier, il est plus ardu de toucher le second. David l’artiste se donne dans l’art. David l’homme se donne…moins facilement.

Sa voix est le temps, ancien et moderne, ses paroles sont la poésie des émotions, sa musique est le lien sacré entre l’avant et l’après, entre le noir et l’arc-en-ciel, entre tout et rien. David Giguère a la prestance des « anciens » chanteurs de mœurs, il a le cœur du jour présent, il réussit admirablement bien à se définir entre les notes, noires et blanches, leur donne des tons de lumière mille fois exploitée, mais si chaleureusement recréés. Vous croyez que j’exagère avec mes mots de poétesse? Et bien non. Achetez son album et vous verrez que je n’ai que relaté les faits.

– Élizabeth Bigras-Ouimet

En spectacle le 16 novembre prochain au Café culturel de la Chasse-Galerie à Lavaltrie