Connaissez-vous Marguerite Porete? Cette auteure du XIIIe siècle a marqué bien des esprits avec son livre Le miroir des âmes simples et anéanties. Si bien qu’elle a même été brûlée vive sur la Place de Grève à Paris à la suite d’un procès sur ses écrits subversifs en 1310. Fascinée par son histoire, la codirectrice artistique d’UBU Stéphanie Jasmin présentera bientôt la pièce en trois parties Les Marguerite(s) à l’Espace Go. Entrevue avec Sophie Desmarais, qui prêtera ses traits à un des personnages.

C’est dans un atelier d’artiste que l’action prend place. Avec curiosité, deux actrices et une danseuse tentent de saisir, ou plutôt de définir, qui était Marguerite Porete. Et surtout, ce qui l’a menée à écrire ce traité de vie spirituel aux idées qui sortent des sentiers battus. Appartenant aux béguines, une communauté chrétienne laïque qui se consacrait aux bonnes oeuvres et évitait à tout prix les scandales, Porete a choqué par sa remise en question de l’Église et de l’Université. « C’était très subversif comme écriture au Moyen Âge, et elle l’est encore aujourd’hui. C’était d’ailleurs la première fois qu’une femme se faisait brûler pour ses écrits », indique Sophie Desmarais.

Crédit photo : Maxime G. Delisle

Si elle s’articule autour de l’ouvrage de Marguerite Porete, la proposition Les Marguerite(s) laissera aussi place à d’autres Marguerite de l’Histoire : Marguerite de Constantinople à Marguerite Duras en passant par Marguerite de Navarre, Marguerite d’York et Marguerite d’Oingt. Pourquoi celles-ci particulièrement? « Stéphanie s’est mise à fouiller à travers les Marguerite qui ont marqué l’Histoire. Toutes sortes de synchronicités ont mené vers ces choix. Chaque femme va prendre parole en réaction, même en miroir aux paroles de Porete.» Ce sont Céline Bonnier et Évelyne Rompré qui les joueront à tour de rôle, selon un horaire de représentations déjà déterminé. Louise Cavalier viendra offrir un tableau dansé, qui représentera le silence de Marguerite lors de son procès. « Pour toutes sortes de raisons, elle a décidé de ne pas se défendre. »

Qui jouera Sophie Desmarais, alors? « J’interprète une jeune fille d’aujourd’hui, la seule de la pièce qui aura le livre entre les mains, le rapport direct à l’écriture. Traversée par les écrits de l’auteure, elle prend la parole pour exprimer ses pensées et ses questionnements. Par contre, je n’apporte pas de réponse. C’est plus une manière de voir comment ce livre résonne dans la réalité d’aujourd’hui. »

Selon elle, en quoi c’est pertinent d’aborder cet ouvrage aujourd’hui? « En 2018, la spiritualité est encore un des plus grands tabous. Marguerite Porete est allée de front en questionnant le rapport au sacré, à Dieu. Elle voyait Dieu comme un élément intérieur à elle plutôt qu’extérieur. C’est particulier, puisque que sa pensée ressemble à certaines spiritualités orientales. Pourtant, elle n’avait pas accès à ces écrits-là. C’était vraiment instinctif chez elle. »

En plus de nous montrer un pan d’Histoire fascinant, Les Margerite(s) présente un hommage touchant à l’existence d’une femme marquante. « C’est aussi un hommage de la transmission de femme à femme. Et vraiment, cette pièce est le fruit d’un travail remarquable. C’est un spectacle que je trouve très différent. C’est loin d’être du théâtre conventionnel.» 

Mélissa Pelletier

* Cet article a été écrit en collaboration avec l’Espace Go. 

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :