Construit sur des lignes de vie parallèles, Intersection, la nouvelle et touchante création de la troupe Les 7 doigts de la main ouvre la 5ème édition de Montréal Complètement Cirque. Ce spectacle est une longue route qu’empruntent les spectateurs en compagnie des huit personnages aux histoires bancales.

On rentre dans la salle comme on rentre dans une boite à trésors, découvrant quatre sections remplies d’objets disparates et farfelus qui serviront au dessein du spectacle. Ce petit avant-goût qui augure le rêve et permet de créer un lien entre le spectateur et les artistes déjà présents.

Dans le décor sobre que forment deux passerelles croisées, l’univers est celui d’un livre ouvert sur des vies qui se touchent de manière parfois imprévisible. Accompagné d’extraits vidéos introductifs à chaque séquence où les personnages se livrent, le spectacle est une suite de rencontres, de souvenirs, de choix, de chemins qu’on emprunte, consciemment ou pas.

Chaque personnage est unique, mitigé et à la recherche de l’indicible : le bonheur, le pardon, l’amour ou la vérité. La complicité entre les interprètes a permis encore plus l’appréciation de ce moment de cirque d’auteur. Le duo de mâts chinois en est un des plus beaux exemples. L’émotion était palpable et plaçait leur numéro dans une atmosphère à la fois évidente et précaire. Comme la vie. Plusieurs des numéros laissent en effet cette impression : d’être sur le fil d’une incertitude perpétuelle, sans mauvais jeux de mots.

L’univers des 7 doigts de la main a cette particularité d’être très proche de nous, très ancré dans le réel parfois brutal. Le numéro de parcours en groupe constituait un pivot intense et dramatique dans la chorégraphie des acrobaties.

Les créations de la troupe québécoise sont résolument « humaines » en ce sens qu’elles offrent des parcelles d’histoire commune, vraisemblable et intime.

Le travail de la trame sonore a été une autre source d’émerveillement. La modernité des morceaux choisis s’inscrivait dans une belle complémentarité avec les pièces. Avec mon amoureux, c’était d’autant plus singulier car chacun de ces morceaux reconnaissables rappelait un moment partagé. Juste pour dire à quel point le spectacle peut vite renvoyer à notre présent, peut devenir notre histoire. On n’aurait jamais voulu que cela ait une fin.

– Rose Carine H.

Intersection, Les 7 doigts de la main, présenté à la Tohu du 2 au 13 juillet.