Crédit photo: Jean-Guy Thibodeau

C’est dans une salle très bondée, mais tout de même calme, qu’a eu lieu le dévoilement des nominations pour le prochain gala des prix Gémeaux. Outre les émissions qui réjouissent un grand auditoire, les nouveaux médias peuvent être fiers de leurs 46 «bébés» en nomination. On se rappelle que ces derniers produisent des émissions originales et des projets numériques concentrés principalement sur le web.

Au total, c’est 199 productions et leurs artisans qui ont eu le plaisir de parcourir la liste donnée lors de l’événement et d’y voir leurs noms. On pouvait entendre des «Hourra !» et des «Yeah» d’un bout à l’autre de la salle. Bien que les émissions populaires et leurs comédiens se soient distingués par leur nombre de nominations, personne ne volait la vedette à l’autre. Et c’est ça qui est intéressant aux Gémeaux ! On donne la chance à tous ceux qui ont du talent et qui ont un formidable projet à présenter au public.

Parmi les nommés qui nous intéressent, c’est-à-dire les nouveaux médias, se distinguent du lot les projets suivants : Deep (Blanc Films / Kelvin Inc.), Fréquences (Tungsten Original), La brigadière (Groupe Pixcom), Les Béliers (Jimmy Lee / Société Radio-Canada) et Vision polyphonique (Studio 7 Multimédia). Il y a aussi une catégorie animation pour les nouveaux médias dans laquelle on retrouve les animateurs Nicolas Ruel pour Érosion, un regard sur l’abandon, Catherine Beauchamp Le tapis rose de Catherine, Nicolas Ouellet Moins 25, Korine Côté Simple comme Korine, et Véronique Lauzon Vie Montréalaise 2.0.

Les membres de l’Académie effectueront leurs votes du 27 juin au 23 août pour décider du sort de tous ces gens en nomination. En tout, 13 prix seront décernés aux artisans du web et nouveaux médias. Les gagnants iront chercher leur prix le 12 septembre prochain, à la Soirée des artisans et du documentaire, ainsi que le 15 septembre, lors du gala de l’Avant-première diffusé sur le web. La grande soirée, aura lieu quant à elle, le même soir et sera émise sur les ondes de Radio-Canada (ou Ici, on ne sait plus trop là).

On souhaite la meilleure des chances aux artisans des nouveaux médias !

– Marie-Eve Leclerc