Pas de danse, pas de vie, qui avait été mis sur pied en 2005 par le RQD et qui offrait, chaque année depuis, la chance aux Québécois de mieux comprendre et participer à l’univers de la danse, se voit aujourd’hui relayer par Québec Danse. L’idée reste la même, mais elle y acquiert plus d’ampleur. Avec Québec danse, les membres du RQD sont arrivés à créer un événement qui se veut plus ambitieux et, par le fait même, plus généreux, sa ligne directrice étant de véhiculer par ses activités du 23 au 29 avril une perspective de la danse qui rejoigne l’ensemble de la collectivité québécoise.

La programmation a été concoctée dans l’idée de plaire à tous, quels que soient leurs goûts et leurs âges. Elle foisonne d’activités qui ont savamment été dispersées dans plus d’une dizaine de villes au Québec. Je vous conseille vivement d’aller y jeter un œil, vous y trouverez sûrement votre bonheur. Cependant, je consens que cet exercice puisse être fastidieux, étant donné les quelques 200 activités qui y sont offertes, c’est pourquoi j’ai passé en revue la programmation complète de Québec Danse, afin de vous donner quelques pistes sur les événements que vous ne voudriez pas manquer.

Pour les plus actifs d’entre vous, il y a un éventail gigantesque de cours de danse auxquels vous pourrez participer gratuitement. Avis aux curieux, il y a certains cours à la programmation dont je ne connaissais même pas l’existence au Québec, comme ceux de danse sacrée afro-brésilienne, de Shim Sham, de danse baroque et d’Eutonie-Danse. Parmi les activités sollicitant la participation du spectateur, Écoute pour voir  me semble particulièrement intéressante pour son approche. Elle consiste à intégrer le spectateur à la performance du danseur par l’entremise d’un lecteur mp3, l’instant d’une chanson qu’il aura lui-même sélectionnée. Une expérience que je souhaite vivre.

Quant aux plus passifs, je leur suggère fortement d’assister aux répétitions ouvertes au public. Mes préférences vont plus spécifiquement à celle de Sous la peau, la nuit, la dernière pièce de Danielle Desnoyers qui sera d’ailleurs présentée au FTA, celle de Poutine Masala qui se trouve à être une production de danse bollywoodienne indo-québécoise, et celle des finissants de l’École de danse contemporaine de Montréal qui ont travaillé sous la direction de Marie Béland et de Dominique Porte, deux talentueuses chorégraphes québécoises, avec des répertoires de Jean-Pierre Perreault et Marie Chouinard. Tout cela s’annonce très prometteur.

Kiss & Cry Nanodances, Carpe Diem et les spectacles de la compagnie Käfig, Correria et Agwa, dont ma collègue Maryvonne Charpentier vous a déjà parlé le 14 avril dernier, sont les représentations du volet « spectacle en salle » qui me semblent se démarquer le plus du lot.

Enfin, ce qu’il vous restera à surveiller sont les flashmobs initiés par notre sympathique Nico Archambault qui auront lieu le mercredi 25 avril à 10h un peu partout au Québec, celui des Grands Ballets Canadiens de Montréal qui interprèteront une partie du ballet Le Petit Prince à la station Square-Victoria, et les performances de plusieurs excellents danseurs et chorégraphes, dont la plus attendue reste celle de Margie Gillis, On Fairness, qui se tiendra le 27 avril à la Chapelle historique du Bon-Pasteur et le 29 avril à la Place-des-Arts pour souligner la Journée internationale de la danse.

Allez-y, précipitez-vous au http://www.2012.quebecdanse.org/. Québec Danse commence aujourd’hui!

– Florence Grenier-Chénier