J’aime le travail de Simon Lacroix, Sonia Cordeau et Raphaëlle Lalande, ce n’est pas un secret. J’adore leur univers absurde, vaguement décalé, qui me rappelle par moments les clichés des vieux Twilight Zone que j’ai écouté si  souvent en pyjama dans mon enfance, et par d’autres le ridicule d’un match d’improvisation. À vrai dire, j’ai même parlé de mon affection pour leur texte L’orage (https://lesmeconnus.net/theatre-tout-court-tremplin-pour-la-releve-theatrale/ ) dans un article publié en mai – courte vignette qui se retrouve, d’ailleurs, dans leur plus récent projet : Le Projet Bocal à la Petite Licorne.

La pièce, qui se compose d’une quinzaine de sketchs, est rafraîchissante, amusante, débordante d’énergie et  garde le cap en suivant ce fil conducteur qu’est l’aspect rétro. On retrouve de tout : une chanson sur un homme qui veut se transformer en bouquet de fleurs pour sa bien-aimée, une histoire de « clémentitite », des jumelles parlant dans la nuit et un bocal mystérieux.  En termes crus, je ne me souviens pas de m’être demandé autant de fois en 1 h 20 « WTF ? ». Cependant, il y a aussi longtemps que je n’avais pas autant ri au théâtre.

Si le jeu des acteurs et les textes sont à la hauteur, quelques numéros sont trop longs ou inutiles ; particulièrement en ce qui a trait aux chansons connues, qui semblent en majorité superflues, quoique bien interprétées.  Pour le reste, ce n’est pas une pièce qui va plaire à tout le monde : réalistes, fuyez en courant ! Mais pour les autres, je vous le dit : c’est un de mes plus grands coups de cœur de cette saison théâtre.

–          Marie-Paul Ayotte

Le Projet Bocal, présenté à la Petite Licorne jusqu’au 22 mars.