Mochica, côte-nord, peut-être La Mina
100-800 apr. J.-C., or, chrysocolle, coquillages, 28,5 x 41.4 x 4,5 cm. Lima, Museo de la Nación. Photo Daniel Giannoni

Mercredi dernier, je suis allée voir l’exposition Pérou : royaumes du Soleil et de la Lune – Identités et conquêtes aux époques ancienne, coloniale et moderne au Musée des beaux-arts de Montréal. Je me disais depuis le mois de février qu’il fallait que j’aille faire mon tour; et bien c’est fait! J’attendais d’y aller avec une de mes amies, qui elle est déjà allée au Pérou. Ce fut très instructif, car elle avait tout plein de choses à me raconter sur chaque objet d’art. À vous maintenant de trouver le partenaire d’exposition idéal et de partir à la découverte des trésors de ce pays aux mille paysages. Ou d’y aller seul; tsé, vous passerez un bon moment quand même.

 

Un parcours qui présente plus de 3 000 ans d’histoire…

L’exposition est vaste et diversifiée; on y présente plusieurs objets des cultures précolombiennes jusqu’à l’indigénisme, en plus des découvertes archéologiques des dernières décennies. L’or, l’argent, le cuivre, ainsi que le bois, la céramique, les plumes, les fibres textiles et les pierres précieuses sont à l’honneur (moi j’aime ça les pierres précieuses, pis toute!). Les couleurs terre, les motifs, les détails… J’ai trippé.

En majeure partie, l’exposition mettait en valeur des sculptures, de la poterie et des ornements métalliques, mais il y avait aussi des peintures. Pour ma part, j’ai préféré les sections où on présentait les éléments d’archéologie et les objets du quotidien, les petites statuettes, etc… Ces parties de l’exposition étaient davantage axées sur les mythes et rituels des anciennes civilisations des Andes. J’ai trop aimé la salle où il fait noir, où on retrouve des objets miniatures en argent, avec l’espère de gros oiseau géant en plein milieu, qui fait office d’urne : MAGNIFIQUE. Pour vrai, c’est impressionnant; c’est un travail si minutieux. J’avoue aimer lorsqu’on doit se rapprocher d’une œuvre pour observer tous les p’tits trucs spéciaux qui sont invisibles au premier regard.

Dans les autres sections, on retrouvait des tableaux et une mise en lumière de l’iconographie péruvienne contemporaine et de ses symboles identitaires anciens. Les peintures étaient intéressantes, mais elles étaient plus reliées à l’époque de la colonisation et à la religion. Moins ma tasse de thé. Les cadres, par exemple, étaient époustouflants! Fioritures, motifs fleuris et p’tits miroirs intégrés, des détails à l’infini… C’était beau beau beau.

En tout et pour tout, il parait que j’suis censée avoir vu plus de 370 œuvres d’art provenant de plus de 40 collections publiques et privées (c’est ça que ça dit sur le site Internet du musée.). Et aussi il faut savoir que cette exposition-là a été possible grâce au soutien du gouvernement péruvien et de la Ville de Lima.

Si ça vous dit, le musée offre aussi aux visiteurs un service d’audioguide trilingue, disponible en français, anglais et espagnol. Alors c’est ça, et l’exposition est présentée jusqu’au 16 juin 2013. Vous avez le temps.

– Geneviève L’Heureux

Pérou : royaumes du Soleil et de la Lune – Identités et conquêtes aux époques ancienne, coloniale et moderne au Musée des beaux-arts de Montréal jusqu’au 16 juin 2013.

Lien vers le site Internet du musée : mbam.qc.ca/perou