Depuis déjà deux ans, le festival d’art émergent OUMF envahit le centre-ville avec ses activités pluridisciplinaires. Pour la troisième année, c’est du 4 au 7 septembre qu’on pourra explorer la programmation (assez complète et alléchante merci). Félix Duranceau, le directeur du site du festival, a bien voulu discuter avec moi des particularités de cette nouvelle édition qui débute demain.

 

À quoi on s’attend?

Bien sûr, j’ai voulu savoir comment le festival se présentait cette année. « Il y a beaucoup de trucs bonifiés depuis les années précédentes. Déjà, on touche plusieurs volets : musique, arts visuels, cinéma, littérature, danse et théâtre. Mais côté musique, on a doublé l’enveloppe! » Avec sa collaboration avec M pour Montréal, disons que le OUMF n’a rien à envier aux meilleurs festivals musicaux de la métropole. En voulez-vous de la musique? En v’là: Dead Obies, Maybe Watson, Peter Peter, Bernard Adamus, Ponctuation, Duchess Says, Radio Radio et de nombreux autres se joindront au party.

En plus de cette programmation musicale du tonnerre, le OUMF a eu l’heureuse initiative d’intégrer pour la toute première fois l’idée de Jade Desranleau, une finissante en gestion du tourisme. Son flash? Offrir des visites guidées gratuites en collaboration avec MU pour découvrir les sept murales qui tapissent le Quartier Latin. Dans une sympathique formule 5 à 7, vous êtes invités à explorer cet art bien souvent méconnu.

D’ailleurs, il sera même possible pour le public d’exprimer son propre talent en participant à OUMF ta rue. Du jeudi au samedi entre 17h et 23h, les participants pourront utiliser peinture, dessins à la craie ou mots pour embellir la Côte à Baron! Une très jolie idée qui revient en force pour une deuxième année. « Ça a été un des gros highlights de l’année dernière. On n’avait plus de peinture après une seule journée! (Rires) Cette fois, on a en masse de stock pour tout le monde! » Fait intéressant : Armand Vaillancourt sera présent pour présenter une performance spéciale avec Raoul Duguay. À ne pas manquer!

 

Et comment va l’émergence à travers tout ça?

Quand je lui pose la question, Félix part d’un grand rire. « Ouf, question difficile! De mieux en mieux, je crois. Seulement, je trouve ça étonnant qu’après seulement trois ans, on soit déjà devenu une référence pour représenter l’émergence à Montréal. Il y avait clairement une demande, malgré la multitude d’événements ouverts à la relève. »  

Alors, comment se distinguer à travers la multitude de festivals et shows de Montréal? « Les caractéristiques qu’on veut mettre de l’avant, c’est le côté urbain et street. L’art de rue et émergent est pour nous l’intérêt principal, qui représente super bien l’esprit plus étudiant du quartier. »

Et quand on regarde la programmation, on se dit que l’objectif a été respecté. Un festival dont je vous conseille d’abuser pour la belle ambiance et les découvertes que vous risquez d’y faire en vous promenant dans le coin du Quartier des spectacles.

– Mélissa Pelletier

Pour la programmation complète, c’est ici.