Crédit: Yannick Grandmont

C’est le déluge dehors, la pluie tombe et tombe comme si jamais elle n’allait s’arrêter. On se croirait dans un film. Le trafic est lourd. Les rares passants marchent rapidement en regardant par terre, croyant ainsi éviter les gouttes. Dans ce tourbillon urbain, je me lance vers l’Agora de la Danse. Ce soir, j’assiste à la première de Heart as Arena de Dana Gingras dans le cadre du FTA. La salle est déjà emplie de fumée. Une trentaine de vieilles radios forment une ellipse suspendue au plafond. Pour moi, le film se poursuit et je ne serais pas déçue.

J’ai été tout de suite emballée par la représentation. La première danseuse du groupe de cinq, se présente à nous en tournant doucement les boutons des radios suspendues au-dessus d’elle. S’ensuit un enchaînement de chorégraphie des plus énergique. Les corps bougent à un rythme effréné et discordant, comme si les mouvements des danseurs ne parvenaient pas à s’accorder. Les danseurs parviendront finalement à s’arrimer aux ondes radios. Dans cette danse dissonante, on peut voir une métaphore sur la difficulté d’entrer en contact avec l’autre.

Toute la chorégraphie se décline en alternant douceur, énergie et rapidité. On peut dire du travail de Dana Gingras qu’il ne laisse aucun détail de côté. De la danseuse qui retient le corps lourd de son partenaire grâce à son pied posé sur le sien, au choix des pièces musicales hétéroclites qui rythment la danse. Ou encore, les mouvements saccadés du groupe qui deviennent massage cardiaque. J’ai aimé cette subtilité qui nous ramène aux émotions simples : la peur, le besoin de se protéger, le partage ou le plaisir.

Je tiens à souligner la magnifique exécution de ce qui m’a semblé être un ballet aérien sur un superbe Ave Maria. Les corps semblaient littéralement flotter sur la musique, nous donnant des images de danseurs quasi suspendus.

Dans les relations avec les autres, on se touche, on se frappe, on communique, on s’aime et parfois on se retrouve seul à marcher avec le cœur gros… c’est la vie, c’est la danse aussi

– Maryvonne Charpentier

Dans le cadre du FTA, Heart as Arena de Dana Gingras sera présenté le 29, 30 et 31 mai à l’Agora de la Danse.