Les finissants de l’École nationale de théâtre présentent la pièce Nous voir nous, écrite par Guillaume Corbeil (finissant 2011 de l’ÉNT en écriture dramatique). Cette dernière met en scène cinq personnages, tous de jeunes célibataires en quête de bonheur. Ces protagonistes, qui vivent leur existence à la manière des réseaux sociaux, nous plongent dans un univers parfois absurde, mais aussi véridique.

Tour à tour, ils dévoilent leurs goûts musicaux, les films qu’ils ont vus, ainsi que des photographies de tout ce qu’ils vivent à chaque minute de leur vie. Leur but : affirmer leur personnalité en se fabriquant une identité unique.

L’auteur, qui essaie de nous faire comprendre le cynisme de l’ère 2.0, a bien réussi son défi. À travers les paroles des personnages, le spectateur prend conscience du temps démesuré qu’il passe sur Facebook et autres médias associés à cette ère interactive. On réalise aussi que certaines personnes tentent de devenir ce qu’ils ne sont pas vraiment, tout en comparant leur vie avec celle d’un autre être humain. Mais en réalité, sur un réseau social, une existence semble toujours plus formidable et active qu’elle ne l’ait vraiment. Les personnes qui nous présentent une vie parfaite ne sont pas nécessairement aussi heureuses qu’elles le paraissent. C’était là le défi de Guillaume Corbeil, qui nous a tous conquis avec son texte formidable.

Quant à la mise en scène, signée par Claude Desrosiers, elle est aussi réussie. Les comédiens, installés sur une scène au milieu d’une petite salle, sont observés de près par les spectateurs. Ces derniers sont situés autour de la scène, assis sur des bancs de bois ou debout, parce qu’il ne reste plus aucune place assise (petit inconvénient de la salle). La beauté de la chose, c’est que le spectateur devient acteur, puisque les comédiens se déplacent dans la salle et s’assurent de viser un à un l’auditoire afin de lui faire saisir l’essentiel du message. Et comme les acteurs sont très doués, ils réussissent à nous le faire comprendre.

Malgré des répliques parfois trop longues, la pièce Nous voir nous est bien exécutée. À la fois drôle, à la fois triste, le spectateur se détend, rit et pleure. Finalement, même à travers les énumérations sans fin, les comédiens ne perdent jamais le fil, sans compter que chacun a un rôle qui lui colle à la peau. Une pièce de théâtre très actuelle, qui fait du bien, loin du théâtre parfois trop lourd.

-Marie-Eve Leclerc

La pièce Nous voir nous est présentée jusqu’au 7 avril à la Caserne Letourneux. La distribution : Marie Line Archambault, Béatrice Aubry, Jean Philippe Perras, Frédéric Lemay et Charli Arcouette.