Par un dimanche d’octobre pluvieux, sombre, froid et venteux, l’ennui me guette. Je sens  l’automne m’engloutir sous sa grisaille et rien, je dis bien RIEN ne peut me sortir de la maison! Tout en clavardant, j’écoute le nouvel album Vengeance de Benjamin Biolay… artiste que je ne connais pas du tout.

Mea culpa! En faisant quelques recherches sur cet artiste, je découvre qu’il est reconnu pour sa musique. Je suis inculte voilà. Pardonnez-moi. Mais pour ceux qui, sans l’avouer comme moi, ne connaissent pas cet artiste, voici un bref résumé de son ascension.

Benjamin Biolay est un chanteur français qui se fait d’abord remarquer par le grand public en contribuant à un des albums d’Henri Salvador. C’est en mai 2001 que sort son premier album Rose Kennedy, avec lequel il obtiendra la Victoire de la musique de l’Album révélation de l’année en 2002. C’est en 2010 qu’il reçoit la  Victoire de l’artiste interprète masculin de l’année et la Victoire de l’album de chansons/variétés de l’année pour son album La Superbe. Depuis, il a créé huit albums solo et a contribué à de multiples projets d’envergure.

Je constate que l’artiste a suivi une nette évolution depuis ses débuts. Sa musique est moins sombre, ses mots visent l’essentiel, touchent la cible, sans flafla inutile. La poésie passe par l’harmonie des instruments et nul doute que Benjamin Biolay sait manier à la perfection ses talents de musicien. Car oui, monsieur est aussi un musicien chevronné !

Benjamin Biolay assume différents tons, différents styles, passe du pop au classique rock, du rétro au reaggae…Pour son nouvel album Vengeance qui sortira le 5 novembre prochain, Biolay s’approprie un ton chaleureux, festif et coloré malgré les thèmes parfois sombres de ses textes. Il déjoue également quelques tabous dont les mélanges culturels, le flirt de la mère d’un ami avec lui, l’amour impossible, l’amour qui torture. Mais toujours avec une musique débridée, loin du drame, comme si la vengeance de Biolay passait justement par le ton léger qu’il emploie pour chanter ses maux, ses constats.

Le rythme désinvolte de l’artiste laisse ses traces et impossible de ne pas fredonner ses airs durant la journée : on devient accro. Vengeance comprend six duos,  notamment avec Orelsan, Vanessa Paradis, Carl Barat et Oxmo Puccino. Un artiste à découvrir ou à redécouvrir. Et la question se pose : jusqu’où ira-t-il ?

–  Élizabeth Bigras-Ouimet