Présentée dans le cadre du FRINGE jusqu’au 22 juin au Petit Campus, Chips au ketchup, romance et mouches qui volent est une pièce de théâtre qui allie performance solo avec divers éléments du mime, de la poésie, du minimalisme, de la marionnette et, on pourrait croire à certains moments, du théâtre jeunesse. Seule sur scène dans un décor en constante évolution, Michelle Cajolet-Couture (qui agit ici comme comédienne, auteure et metteure en scène) interprète une naïve caissière de dépanneur qui décide de changer la configuration de celui-ci pour ainsi trouver l’amour avec Albert, le facteur.

On ne peut le nier, Chips au ketchup, romance et mouches qui volent est une pièce rafraichissante (autant en comparaison à ce qui se fait ailleurs au FRINGE que par rapport aux programmations régulières des théâtres). Elle est à la fois poétique et drôle, réfléchie et légère. Ce n’est pas le genre de spectacle qui convient à tous, surtout par son aspect très fleur bleue, et la mise en scène gagnerait à être resserrée (surtout lors des longueurs dans les changements de décors), mais le tout donne un résultat charmant.

– Marie-Paul Ayotte