Des fois, juste des fois, le journaliste en échappe une. Il n’est pas toute là, ahuri de fatigue, proche de l’affalement, atteint d’incoordination motrice, mais néanmoins dans un état d’effervescence psychique. C’est ce qui se produit chez le meilleur d’entre nous quand on mélange labeur et bibine. Appelons ça de la langueur poivrée.

Vendredi, au lancement d’Altogether Unaccompanied Vol. I & II d’Helena Deland à la Sala Rossa, ça faisait pas joli.

Bière : 2 x 20 oz (6.5 % alc./vol.) ; vin rouge : 400 ml (14,5 % alc./vol.)

Ça part avec Le Bleu, dont on sait mon dieu si peu. La paire composée d’Adèle Trottier-Rivard et Nicolas Basque donne dans la combinaison guitare brumeuse/synth moelleux/voix mousseuse, dans le respect d’un genre qui autrement s’essouffle. On vous collerait ici-bas un aperçu si extrait existait sur la Toile. Sinon, on guette la suite, sinon j’ai soif.

Bière : 10 oz (5.5 % alc./vol.)

On attend.

Bière : 10 oz (5.5 % alc./vol.) 

Ça repart avec Helela, euh, non, Helena… je suis plus sûr.

Et d’un coup tout bascule, tout se bouscule. Les notes nombreuses défilent, ça gratte prestement, ça pique au vif, les paroles m’échappent, tant pis, ça résonne, la boule disco rotationne, la basse s’enfle et l’émotion vraie ravive. Helena oscille de droite à gauche, le manche fretté tel la barre d’un sloop chaloupé, sa voix douce comme l’écume qui lèche la proue. Et pour moi, au bord de l’éméché, le regard vissé dans le gouffre de l’ébréché, tout paraît si délicieusement complexe. Des tounes qui flottent dans l’espace, pas encore heurtés par les anneaux de Saturne, à l’affût d’une autre dimension, comme le poisson cosmique qui fixe l’astéroïde.

Beurp!

Excellent donc, si ce n’avait été de ma propre finale maladroite. Perplexe quant aux origines de la dame, je fonce dare-dare vers les loges et interromps les mots de félicitations qu’on lui adresse à sa sortie de scène. Ça donne ceci :

Scuse-moi, Helena, juste savoir c’est quoi ta langue maternelle ? 
– Euh… Ben, mon père est anglophone et ma mère francophone. J’ai…
– Oui, mais ta scolarité ?
– …
– (oh non !)
– En français.
– Ok, merci, désolé, adieu. »

Shooter : 1 oz (5.5 % alc./vol.)

Pour oublier une question. Pour célébrer une belle soirée.

Nicolas Roy

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus

À DÉCOUVRIR AUSSI :