Jerry Paper / Photo : Joe Leavenworth

Fondé par Chris Manak (Peanut Butter Wolf) en 1996, le label californien Stones Throw Records est une éternelle expérience en évolution.  De passage à Montréal la semaine dernière, c’est Jerry Paper, Kiefer, Stimulator Jones et Prophet qui représentaient le label en nous plongeant dans les couleurs tamisées de la côte ouest américaine.

Depuis ses débuts hip-hop en collaboration avec Charizma jusqu’au psych-rock de Washed Out, en passant par les accents baroques de Mild High Club, le label n’a de constant que son groove irremplaçable. Mardi dernier, ses dernières recrues nous ont prouvé que la musique des années 80, que l’on retrouve presque intacte dans l’ouverture de Prophet, est en voie d’être ressuscitée pour de bon – cette fois sans ironie. Sur son tout nouveau Wanna Be Your Man, en format vinyle, on trouve l’inscription : «Premier album en 34 ans, will sound like ’84»… impossible d’être déçu.

Dans la même veine, on accueillait Stimulator Jones en format karaoké, seul avec sa guitare et une bande son. On sent une fragilité dans le set qui ne s’estompe qu’au milieu des solos de guitare, réellement saisissants. La musique est juteuse et rétro, la présence scénique est incomparable, mais impossible de digérer autant de musique préenregistrée. Pas de sa faute : cette tournée est probablement à ses frais – on devrait plutôt blâmer le streaming et l’impopularité du live. 

Reste que… c’est pas parce qu’un set a été composé dans une chambre, et qu’il sonne bien dans une chambre, qu’automatiquement ça marche en live avec seulement des instruments virtuels. C’est le seul problème que j’ai avec la nouvelle vague des home studios et des synthés MIDI, qui autrement permettent à un paquet de musiciens de produire des albums sans se ruiner : ça sonne pauvre en live.

Je fais la même critique à Kiefer : pianiste génial, progressions d’accords super ingénieuses, un des rares producteurs de lo-fi hip-hop qui sait vraiment ce qu’il fait derrière les claviers, mais… il l’a reconnu lui-même sur scène : «Cette musique n’a jamais été conçue pour être jouée en live, c’est de la musique que je faisais dans ma chambre, et certaines personnes m’ont encouragé à la présenter devant des gens», avec la sensibilité d’un gars qui connaît son public, qui se prête au jeu pour se faire découvrir. Sa musique, mélancolique, fait réfléchir et se prête plus à un after qu’à un party, surtout accompagné d’un simple laptop.  Il faut dire que le système son du bar le Ritz ne peut faire grimper personne au ciel. Kiefer, au casque, c’est divin.

Dans la même veine, il faut mentionner la qualité du nouvel opus d’Anomalie, pianiste et producteur montréalais. Son Métropole part II est profond et continue de développer son langage dans de nouvelles directions. À écouter absolument.

Jerry Paper, ça a aucun sens. C’est tellement bon qu’il faudrait faire une thèse sur ce gars-là (Lucas Nathan) et sur son band, dont la parité est à souligner. Une des caractéristiques qui l’unit à Kiefer, c’est cette utilisation débridée de «toy pianos», de synthés cute, l’appropriation d’une espèce de naïveté enfantine que je trouve rafraîchissante. Nathan chante et danse comme une grenouille en robe «qui vient de découvrir le mouvement il y a cinq minutes» et trouve son alter ego dans un saxophone brillant, parfois dixieland, parfois free jazz. L’harmonie est intéressante sans toutefois se perdre, et la section rythmique est du genre à abuser des woodblocks. Certains accents latins en finissent de brouiller les frontières de style, vers une espèce de groove semi-humoristique qui n’est pas sans rappeler les folies sérieuses d’un Connan Mockasin. L’album Like a Baby est sorti il y a quelques jours avec la meilleure vidéo de tous les temps :

J’espère t’avoir fait découvrir de la musique qui élève ton âme.

Salut là.

– Nathan Giroux

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus! Abonnez-vous à notre infolettre ici.

À DÉCOUVRIR AUSSI :