Les médias sociaux et leur façon de changer nos vies fascinent bien des créateurs. Si beaucoup tombent dans la critique et la dénonciation, Les Petites Cellules Chaudes a décidé de privilégier une toute autre approche pour le iShow qui sera présenté à l’Usine C dès le 21 février. Intriguée, j’ai profité d’une discussion avec Sarah Berthiaume pour tenter de mieux comprendre le concept de ce spectacle/performance.

Le collectif Les Petites Cellules Chaudes est composé de plus de quinze artistes, qui se sont rencontrés lors d’un stage donné par Claude Poissant. Le thème? Devoir de création et joie du péril. Se penchant davantage sur les médias sociaux, le groupe crée le iShow ou je m’occupe de transférer le message à Chanda au cours de ces explorations. « Nous nous sommes mis à nous questionner face à notre manière d’aborder les réseaux sociaux. Surtout, on a tout fait pour rester dans la sincérité : nous ne voulions pas aller vers la critique. » Le spectacle, qui a déjà été présenté l’année dernière, a été revu et amélioré. « On a perfectionné et ajouté certaines scènes. Le monde des réseaux sociaux évolue vraiment rapidement et nous devions nous ajuster à ces transformations. »

À travers leurs interrogations et leurs explorations de divers réseaux (Facebook, Twitter, name it!), le collectif s’est particulièrement intéressé à Chatroulette. Sûrement un des sites de discussions et rencontres les plus extrêmes, il permet de mettre en relation des personnes de manière tout à fait aléatoire. Les utilisateurs peuvent alors, via webcam et discussion instantanée, être immédiatement mis en relation avec un autre internaute. Et si on aime pas ce qu’on voit? Un clic et on passe à un autre appel!

Audacieux, les artistes ont décidé d’inclure Chatroulette au spectacle. Et oui, les comédiens auront à se servir des actions et réactions de purs inconnus pour conduire à bien la « pièce ». « Ce sera une surprise totale pour ceux qui seront connectés à nous! Vont-ils participer ou non? Et surtout, ça nous met dans une position périlleuse : impossible de deviner ce qui nous attend! »

À travers ces rencontres hasardeuses, plusieurs tableaux impressionnistes seront présentés. Qu’elles soient poétiques ou plus terre-à-terre, ces scènes, qui nous feront flirter entre la réalité et la fiction, ont pour but de questionner les codes usuels de la représentation à l’ère des nouvelles technologies. En nous montrant les rebondissements inattendus qui peuvent survenir lors de telles expériences, Les Petites Cellules Chaudes se met dans une position périlleuse qui risque d’être captivante!

– Mélissa Pelletier

 

iShow ou je m’occupe de transférer le message à Chanda

Une production de Les Petites Cellules Chaudes

Du 21 au 23 février 2013 à l’Usine C dans le cadre de la série Temps d’Images