On connaissait les talents d’acteur de Fabien Dupuis, mais on ne savait pas qu’il dissimulait aussi en lui un écrivain. Isabelle est sa première création théâtrale issue de textes travaillés depuis une vingtaine d’années. Un vrai one-man show tragi-comique, puisque Dupuis interprète seul son texte pendant une période courte mais intense de soixante-dix minutes. Le public est mis en face de Daniel, un homme en béquilles, parfois assis sur un fauteuil, parfois debout, qui livre avec candeur et impudeur les malaises de sa trop longue enfance

Daniel est enfin un homme qui n’a pas tout à fait réussi à grandir, dont l’enfance a foncièrement été marquée par l’autorité de sa mère et l’absence de son père. Son seul échappatoire était dans les jeux d’été auxquelles il se livrait avec sa cousine Isabelle. Mais n’en disons pas trop, car c’est un véritable plaisir de découvrir bout à bout cette histoire à travers des fragments et des anecdotes à la fois drôles et amères. Le texte est touchant et intense. Fabien Dupuis a réussi à construire un personnage qui captive par son authenticité et qui sait mener le spectateur par de multiples détours à la destination désirée.

Si le texte est efficace, il ne serait pas aussi prenant sans la performance du comédien qui le livre avec sincérité dans une mise en scène de Marc Béland. Il a beau être en béquilles et avoir une jambe dans le plâtre, son jeu reste dynamique : il se lève, gesticule, sautille, et n’en fait jamais trop. Le ton est toujours juste, et on passe un très bon moment avec ce personnage sympathique né de sa chair. À propos de son propre texte, Fabien Dupuis dira : «  Est-ce que cette histoire est vraie ? Peut-être. Est-ce qu’elle est exagérée ? Encore peut-être. En fait, je m’en fous. Je raconte une histoire que je porte depuis des années, qui me touche encore à chaque fois que je m’assois pour l’écrire, la répéter, la jouer, l’offrir à qui veut m’entendre » On s’en fout nous aussi, l’histoire est assez convaincante d’elle-même. À quand la prochaine?

– Boris Nonveiller

Isabelle joue au Théâtre d’Aujourd’hui jusqu’au 3 novembre 2012