Hiroaki Umeda. Si vous êtes amateur de danse contemporaine ou même d’installations multidisciplinaires, ce nom vous sonne peut-être une cloche ; peut-être attise-t-il même votre enthousiasme à sa seule lecture. Cet artiste japonais, qui est à la fois compositeur, vidéaste, chorégraphe et danseur, est depuis 2001 – l’année où il a fondé sa compagnie S20 – est reconnu pour son travail sur les mouvements, son exploration de la lumière en tant que matériel, l’utilisation avant-gardiste de la vidéo et, depuis quelque jours, pour la présentation de ses œuvres Haptic et Holistic Strada dans le cadre du Festival Temps d’Images.

En premier lieu, il y a Haptic, oeuvre de 25 minutes à la musique électronique minimaliste, qui se veut une exploration des stimulus physiologiques et psychologiques face aux couleurs, et ce, à travers la danse. La lumière est omniprésente, constituant à elle seule décor et ambiance, nous laissant nous concentrer sur les mouvements d’Umeda. Mouvements parfois fluides, parfois syncopés, toujours d’une précision quasi-méthodique, mais indéniablement inspirés du break dance, sans que l’aspect classique de sa pratique ne disparaisse. Nous pourrions même définir son style par : butô hip-hop.

Ce style est toujours présent dans Holistic Strata. Mais cette fois-ci, la performance est accompagnée d’une complexe et ingénieuse projection vidéo noir et blanc, qui couvre parfois le plancher et les murs. Les points de lumière se mouvent au gré de la musique, causant des illusions d’optiques qui mènent parfois même jusqu’au vertige. Hypnotisés par la déplacements d’Umeda, lui même avalé par cet univers de pixels numériques, les spectateurs sont plongés au cœur d’une performance 3D plus vraie que nature. Une sensation épileptique, qui, à son apogée, rappelle les films d’animation. On en sort fébrile, subjugué et ravi ; un état de douce frayeur rempli d’émerveillement.

Marie-Paul Ayotte (Emmpii)

 

HAPTIC / HOLISTIC STRATA

Présenté du 19 au 21 avril 2012 à 20 h à l’Usine C.