La (trop) tranquille ville d’Ottawa accueillait l’excentrique Claire Boucher, alias Grimes, le 11 juillet dernier. La jeune femme de 24 ans, nouveau chouchou de la scène électronique, est venue ébranler le calme ambiant de la capitale avec sa voix haut perchée et sa synth-pop. Il faut dire que le Bluesfest, où était offert ce spectacle, donne du piquant culturel à Ottawa une fois par année (du 4 au 15 juillet).

Coiffée d’une casquette sur laquelle on pouvait lire « PUSSY », la charismatique musicienne a enchaîné les compositions de son dernier – et acclamé – album Visions. À sa droite l’accompagnait l’artiste électro Blood Diamonds tandis qu’à sa gauche dansait avec enthousiasme un grand blond au torse nu. Grimes a pris quelques pauses pour verser de l’eau dans ses longs cheveux (blonds cette fois-ci, et non rouges ou verts ou mauves). Elle en a également profité pour boire du vin blanc au goulot, ce qui a attiré la sympathie des spectateurs.

La foule a eu droit aux classiques (Genenis, Oblivion et Vanessa), entrecoupés d’improvisations rafraîchissantes. En prime, la musicienne a offert un demi strip-tease (sous sa camisole dotée du signe « anarchie » se cachait une robe fleurie). Chaleur torride ou timidité oblige, elle n’a toutefois presque pas parlé au public. En retour, les spectateurs ont semblé apprécier le show, sans tomber dans les grandes démonstrations de fanatisme : un peu de déhanchement par ci, des sifflements par là. N’empêche que l’heure en compagnie de Grimes a passé trop vite, laissant à nouveau place au calme… mais pas pour longtemps, car d’autres bands ont pris la relève, dont Airborne Toxic Event, Big Boi et Bad Religion.

– Edith Paré-Roy