Dans le cadre de Montréal en lumière, Gregory Porter est venu remplir la somptueuse Maison symphonique de sa musique jazz vendredi dernier. Entouré par cinq musiciens de talent (contrebasse, orgue, piano, saxo et batterie) le chanteur entre, tout sourire et s’installe après quelques remerciements. Que le jazz commence!

Nuances de jazz…

Pendant une 1 h 45, Gregory Porter et son band offre au public ses plus grands titres et beaucoup de textures différentes dans les chansons. Les artistes passent d’un jazz frénétique et dansant à des morceaux plus envoutants et calmes. Le spectacle est rythmé par ses différences et laisse l’audience divaguer au gré de la musique.

Chaque chanson se colore d’interludes musicaux où saxophone et piano ont leur moment solo. De beaux jams programmés qui font du bien aux oreilles. Le chanteur, lui, laisse toujours une belle place au band, tape des mains pour les encourager et reprend de plus belle, toujours dans la sérénité et le calme.

Le public, lui, semble happé par le moment. Tous les yeux sont rivés vers la scène et peu de réactions s’affirment. Cependant, quand il y en a, elles sont sincères. Qu’il s’agisse des chansons plus populaires comme Hey Laura ou Liquid Spirit ou de la performance musicale durant les différents solos et jams, le public applaudit, siffle et crie son enthousiasme.

La soirée bat son plein lors du solo du contrebassiste qui fait plusieurs références musicales et qui plait au public. Un autre beau moment est le solo de l’organiste, très original, qui profite pleinement du moment et qui s’amuse avec son instrument, ses différentes tonalités et rythmiques possibles.

On passe la soirée à regarder, et surtout à écouter, des musiciens en pleine possession de leurs instruments qui arrivent à la fois à interpréter du jazz classique aux saveurs suaves et posées dans le temps, mais aussi du jazz plus groovy, voir même un peu ska, par exemple avec On My Way to Harlem ou encore 1960 What?, où les chœurs et les jams sont au rendez-vous.

… Et moments suspendus

Dès les premières notes, la voix douce et chaude de Gregory Porter fait frissonner la salle. Le morceau Take Me to the Alley envoûte par sa puissance et par le mariage parfait entre les instruments et la voix de l’artiste. La sensualité et la maîtrise totale du groupe fascinent et donnent le ton du spectacle.

Plusieurs fois, tel un bon jazzman, Gregory Porter fait du scat (utiliser des onomatopées à la place de paroles) et montre une belle complicité musicale avec les musiciens.

Il laisse aussi vivre des moments suspendus grâce à des instants remarquables comme une alliance contrebasse-batterie-voix sur de simples crescendos qui nous envoûtent. Les artistes interprètent aussi Don’t Be a Fool en piano-voix et créent un moment de silence, un moment de grâce dans le temps où seules les émotions comptent.

L’agilité de Gregory Porter sera accentuée sur des morceaux tels que Don’t Lose Your Steam qui débute en piano-voix et qui finit en groove très dansant où la voix rauque du chanteur prend le dessus et nous montre une autre facette de celle-ci, tout aussi maîtrisée.

Par la suite, le band enchaîne sur Musical Genocide, une des chansons populaires de l’artiste, pour partir sur un jam et faire crier le saxo. Pour les dernières quinze minutes du spectacle, c’est le morceau When Love Was King de Nat King Cole qui est honoré par le jazzman. Dans un silence religieux, le public savoure les dernières notes majestueuses d’un band et celles d’une voix envoûtante qui conclut avec des paroles poétiques « Do you remember when love was king? ». Quoi de plus beau pour finir une soirée?

Gregory Porter était le vendredi 23 février à la Maison symphonique dans le cadre de Montréal en lumière. Le festival se poursuit jusqu’au 4 mars. Pour la programmation, c’est ici.

– Léa Villalba

BABILLARD : Un événement à annoncer? Une formation dans le milieu culturel à faire découvrir? Envie de jammer avec des artistes de feu? Une offre d’emploi? Un autre truc à partager? C’est ici que ça se passe, maintenant, pour partager avec les lecteurs des Méconnus!

À DÉCOUVRIR AUSSI :