L’odeur de vos aisselles et la longueur des jupes dans la rue sont des marqueurs qui ne trompent pas : ça y est, l’été est là. Oui, nous voici déjà début juin, ce qui signifie l’arrivée du Fringe Festival, regroupant danse, musique, humour, gaufres, performances, et autres joyeusetés.

Pour démarrer en fanfare, le festival s’est offert une soirée de lancement au Café Campus avec une vraie bonne idée : offrir au public un échantillon de 2 minutes de la quasi-totalité de la programmation. Quoi de mieux pour se faire une idée des spectacles à aller voir ?

C’est à Johanna Nutter, la porte-parole du festival, qu’est revenue la tâche d’introduire la soirée, nous présentant le marathon auquel nous allions avoir droit (3h30 de spectacle tout de même). Petit discours, rapide mot des directeurs du festival pour annoncer les défections et changements d’horaires (énoncés le plus rapidement possible, et sur fond de Carmina Burana. On est au Fringe, temple du cool, ne l’oublions pas), et nous voilà partis pour un panorama du mois à venir.

Et le moins que l’on puisse dire est qu’il va être difficile de rester cloitré dans sa cuisine lors des prochains temps (drôle d’idée de toute façon). Il y en a pour tous les goûts, toutes les langues, toutes les disciplines, toutes les bourses (rappelons que le prix maximum des spectacles est de 10 $, et qu’une bonne partie de la programmation est gratuite) !!

De la soirée open micro de Smut Slam (amenez vos sex lists douteuses au Cagibi, histoire de les partager en toute intimité … devant tout le monde) à l’impro totale de Rien de prévu (danse expérimentale libre),

De l’interrogation de notre dépendance à notre compte Facebook (Obsession) à la plus grande compétition mondiale de … macaronis,

De l’humour grinçant de Have fun ! (faire un spectacle d’humour  sur les tueries de masses, chapeau) au cirque foireux de Get off the stage,

Du huis clos anxiogène de The Lazaret à l’offrande de préservatifs (La Cravate Bleue),

Du cœur brisé à la tronçonneuse (Now that I have your attention) au chant jazz a cappella sexy (The Cherry on top),

De l’attirance|répulsion en danse (Corps accords) au Charlie Chaplin asiatique accompagnée d’une Marylin penchant plus vers le Manson que la Monroe (Annoying visitor),

De la réflexion dérangeante de la marchandisation du corps de la femme (Bella Bestia), aux concepts plus difficilement appréhendables (après lecture, relecture du communiqué de presse, et visionnage de leur sketch d’hier, je ne sais toujours pas ce qu’est Crustacés) …

Je ne vais pas faire le tour de tous les spectacles (z’aviez qu’à être là, c’était gratuit en plus), mais l’édition 2013 s’annonce prometteuse !! Les salles sont réparties tout le long de la rue Saint Laurent, le cœur du festival étant toujours au coin Rachel-Saint Laurent, avec de nombreuses activités gratuites (coloriage, ateliers de gaufres, concours de drag-queens…)

Fringez-vous !!

– Jacques Cartyeah

http://www.montrealfringe.ca/