Crédit photo: Susan Moss

Je suis arrivée un peu d’avance au Théâtre Mainline lundi dernier. Venue assister à la seule et unique représentation du spectacle à succès Mon frère est enceinte dans le cadre du FRINGE, j’avais très hâte de voir enfin ce one-woman-show dont tant de gens m’avaient parlé!

Ce soir-là, la représentation a pris des airs de réunion d’amis. Seule sur la scène sur fond de musique enjouée, la pétillante Johanna Nutter distribuait les sourires et les bons mots d’accueil, tout en s’exclamant de joie lorsqu’un(e) de ses ami(e)s se pointait à la porte. Parce que cette soirée était spéciale : c’était l’occasion rêvée pour elle de présenter à nouveau son histoire familiale complexe, dans l’espoir d’amasser des fonds pour s’envoler vers le FRINGE d’Édimbourg et pour ensuite aller au Théâtre SOHO à Londres pour une semaine de spectacles. Le rêve! Mais on imagine le prix…

Revenons un peu en arrière : Johanna a livré Mon frère est enceinte pour la toute première fois au FRINGE de Montréal en juin 2009. Très vite, le public et la critique ont été conquis par l’histoire étrange, mais tout à fait charmante, de Johanna. Entre une mère hippie et une sœur qui cherchait son identité, Johanna est devenue le pilier de sa famille. Source de réconfort, d’argent et de conseils, Johanna a vu sa sœur devenir son frère…au grand dam de sa mère pourtant si ouverte en général. À travers les années, la famille se fera peu à peu à cette nouvelle réalité. Mais lorsque son frère (qui n’a bien sûr pas subi la « grande opération ») tombe enceinte, l’équilibre bascule. Entre les tourments de son frère, son amour fou pour sa nièce et son propre besoin de s’éloigner de son rôle de soutien familial, Johanna passera par toutes les émotions en refusant d’être coparent de la petite fille. Son frère, dépassé, ira jusqu’à « donner » l’enfant en passant une annonce sur Internet. Une fin crève-cœur qui poussera Johanna à vouloir exprimer son désarroi par le théâtre…

Comédienne de talent, Johanna a reçu de nombreux prix pour ce témoignage hors du commun mis en scène par Jeremy Taylor. Entre autres, le prix de la meilleure production anglophone au Festival Fringe de Montréal en 2009 et en 2010, ainsi qu’un Montreal English Critics Circle Award (MECCA) pour le meilleur texte de l’année à Montréal. Le texte, traduit en français par Johanna elle-même, a également été publié chez Dramaturges Éditeurs.

Bref, une belle histoire qui pourrait continuer à s’étendre à travers le monde si les fonds nécessaires sont réunis. Si ça vous tente de participer ou même de partager en masse, c’est ici que ça se passe!

– Mélissa Pelletier